Les jeunes et l’amitié : L’éducation, la bonté et la fidélité priment






Une fois à l’école, l’enfant s’initie à la vie sociale et commence à nouer des relations en dehors du cadre familial. Pour un enfant, il suffirait, semble-t-il, que l’un des camarades soit brillant à l’école, amusant ou qui a le même hobby, pour qu’il en fasse un ami. Mais au fur et à mesure que l’enfant grandit, il devient beaucoup plus sélectif quant aux choix de ses amis. Certains passent «au peigne fin» le caractère de leurs éventuels amis. D’autres se contentent de trouver chez eux certaines qualités. Qu’en disent justement les jeunes ? Qui sont, selon eux, les vrais amis ?


 


Tunis-Le Quotidien


«Ceux qui se ressemblent s’assemblent», dit-on. A croire ce dicton, on pourrait en déduire que l’on peut connaître la nature d’une personne selon les amis qu’elle fréquente. Les membres d’une bande de copains peuvent être unis par un intérêt commun, par l’amour d’une équipe de foot, d’un certain style musical … Ce qui les assemble peut aussi être un besoin commun, une cause ou une détresse commune. La majorité des adolescents, toutefois, ne prennent pas le temps qu’il faut pour choisir leurs amis. Selon certains psychologues, l’ado éprouve d’abord le besoin d’avoir un ami, ensuite il se met à le chercher. Si ce besoin presse, il peut jeter son dévolu sur le premier venu juste parce qu’il a envie de nouer des relations amicales en dehors de la sphère familiale. Filles et garçons ont besoin de quelqu’un qui parle le même langage qu’eux. Ils éprouvent le besoin de mettre leur tête sur l’épaule d’un ami, de lui «vider leur caisse» en toute confiance. Ils ont besoin de lui faire part des mystérieuses sensations qui font subitement éruption à cet âge. Ils veulent trouver quelqu’un avec qui échanger des confidences et résoudre des problèmes. Cette amitié aide un jeune à se fixer une identité loin de l’autorité parentale contre laquelle il se révolte souvent. L’adolescent généralement rebelle se montre paradoxalement louable et docile avec ses amis ! Il peut adopter leurs convictions, leur façon de s’habiller, de parler et de se comporter… Cette communion ne doit pourtant pas être la raison de choisir un véritable ami! D’ailleurs, il suffit parfois qu’un garçon ou une fille jouisse d’une grande popularité pour que tous les autres rêvent d’en faire leur meilleur ami. Ceux qui ont une nature joviale se contenteront d’un ami qui saura les faire rire. D’autres, ayant une nature plutôt réservée, chercheront un ami compréhensif et discret. Mais pour les uns comme pour les autres, un vrai ami est celui avec qui on doit se sentir bien et totalement en confiance. «Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es ?», dit l’adage. Cela confirme que les fréquentations influent énormément sur la personne. La majorité des jeunes semblent en être conscients. Ils savent qu’un mauvais ami est capable de les faire facilement basculer dans la perdition et les expose aux multiples risques de dérapage…


 


Ghassen, 17 ans, pense que la véritable amitié se fait de plus en plus rare. Toutefois, cela n’amoindrit en rien, selon le jeune homme, la noblesse de cette valeur. «La majorité des personnes sont de plus en plus opportunistes, matérialistes, profiteuses et pas très honnêtes. L’amitié ne peut pas résister dans de telles conditions ! J’ai été à maintes reprises déçu par mes “présumés amis“. Modestie mise à part, je suis quelqu’un d’honnête et je m’investis à fond. Je ne faisais jamais de calculs avec mes amis. Mais je me suis rendu à l’évidence que l’homme est capable d’être vraiment mauvais. Nous évoluons dans un contexte où la matière et les intérêts priment. Les relations humaines, la fidélité et la sincérité ne sont pas du tout monnaie courante. Après avoir été «poignardé», j’ai compris que choisir un ami, un vrai, n’est pas du tout une tâche facile! Il ne suffit pas d’aimer le même genre musical ou la même équipe de foot. Un ami doit absolument avoir de très hautes qualités humaines. Quelqu’un qui sait apprécier la valeur des gens pour ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’ils possèdent dans la poche ! Quelqu’un sur qui on peut compter et qui ne soit surtout pas hypocrite et faux», dit-il.


 


Achref, 17 ans, partage le même avis. Le jeune homme pense qu’il est difficile de tomber sur un ami sincère de nos jours. «On a beau entendre que le bien finira toujours par l’emporter, la réalité est autre ! A vrai dire, chercher un bon ami à présent, c’est comme si «l’on cherche une aiguille dans une botte de foin» ! Mais il ne faut pas pour autant désespérer parce que j’ai fini par trouver de bons amis. Ce que je vais dire est peut-être surprenant, mais c’est comme si je cherchais une épouse ! J’ai dressé une liste des qualités que je dois absolument trouver chez cet éventuel ami. Il faut qu’il soit issu d’une bonne famille, qu’il soit très bien élevé, bon, dévoué et sincère. Dieu merci, j’ai fini par trouver de bons amis, mais j’ai dû faire de grands efforts pour les tester et pour m’assurer qu’il s’agit des personnes idoines. Je fais semblant de passer par une rude épreuve, celui qui reste à mes côtés et qui essaye de me tendre la main et de m’épauler, c’est un bon ami !. En revanche, je raye totalement de ma vie celui qui prend la fuite… On a généralement tendance à nouer des relations amicales assez vite. Parfois un jeune sympathique ou populaire nous semble bien, mais il ne se démasque que plus tard et on risque de découvrir une autre facette de lui. Une facette dangereuse», dit-il.


 


Amrou, 16 ans, pense qu’il doit avoir un minimum de points commun avec ses amis. Il pense également qu’un ami doit être naturel, honnête et sincère. «Si j’ai horreur de quelque chose, c’est bien des personnes hypocrites qui ne montrent jamais leur vrai visage. Je suis vraiment très prudent. Il faut que je sois sûr qu’il s’agit d’une bonne personne. Il faut qu’elle soit bien éduquée, pacifiste et innocente. Si je me sens totalement en confiance avec cet ami et que je peux dire tout ce que j’ai sur le cœur sans crainte, c’est qu’il s’agit généralement de quelqu’un de confiance. De plus, je dois avoir un minimum de points en commun avec lui. Il faut que l’on s’entende, qu’on ait des caractères proches parce que si on ne s’entend pas sur toute la ligne, la relation sera vraiment impossible», dit-il.


 


Mohamed Ali, 17 ans, ne pense pas que le caractère d’une personne soit important pour qu’une relation amicale réussisse. «Je peux avoir des idées totalement différentes de celles de mon ami tout en le considérant comme un vrai ami sur qui je peux compter. Chacun est unique et a sa propre personnalité. D’ailleurs la différence est généralement enrichissante et constructive. Mais cet ami doit absolument être une personne de confiance, issue d’une bonne famille. Il doit également être bien élevé et quelqu’un sur qui on peut vraiment compter. Il faut qu’il ait une âme propre et qu’il me secoue pour m’éveiller lorsque je commets une erreur. Un vrai ami doit être comme ma propre conscience», dit-il.


 


Ghassen Oueslati, 16 ans, sélectionne méticuleusement ses amis. Le jeune homme pense qu’un ami est capable de le pousser vers le haut tout comme il est capable de l’attirer au fond d’un gouffre. «Je suis très sélectif et très prudent. Plusieurs jeunes se sont initiés à la drogue, à l’alcool et à beaucoup de mauvaises choses à cause des mauvaises fréquentations. Je juge un homme d’après ses qualités humaines et je ne peux pas tolérer la trahison ni que l’on me poignarde dans le dos. Un vrai ami ne médit pas, lorsqu’il voit son ami se tromper, il a l’obligation morale de le lui dire en face, de l’orienter et de le conseiller. Il doit également être de confiance, bien élevé, propre et sache tenir toujours sa parole et ses promesses», dit-il.


 


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com