Abdelmajid El Bekri : Danses avec la ligne





La ligne est son cheval de bataille pour récupérer ce qui reste de l’art islamique. «Mémoire de l’Arabesque», une nouvelle recherche qui vient enrichir de plus en plus le long parcours du militantisme dont quelques fragments sont exposés sur les cimaises de la Galerie Yahia.


 


Ceux qui n’ont pas encore fait le tour de l’exposition de l’artiste Abdelmajid El Bekri n’ont qu’à se dépêcher avant qu’on baisse le rideau. Avec «Mémoire de l’Arabesque», l’artiste a créé doublement l’événement, en clôturant une année et en accueillant l’autre en beauté.


Abdelmajid El Bekri a choisi, à sa façon, d’adresser ses meilleurs vœux pour ses amis artistes aussi bien que pour le public des galeries à l’occasion du nouvel an. Une belle exposition qui continue de jeter ses belles ombres sur cette nouvelle année et de répandre ses parfums tirés de l’histoire sur cette galerie située au cœur du centre commercial, Le Palmarium. Pour ce nouveau rendez-vous concocté par notre artiste, le public a de quoi nourrir la mémoire et ravir la vue. Fidèle à son style, à sa culture, à sa mémoire, Abdelmajid El Bekri a invité ces lettres calligraphiées et ces lignes très stylisées à mener la danse sur ses toiles…De belles danses harmonieusement exécutées qui rappellent la splendeur et la majesté de la culture arabe et de l’art islamique. Un penchant d’El Bekri pour ces belles pages de notre histoire commune, de ces images qui habitent discrètement notre mémoire commune. Le mérite de ce maître qui a réussi à dépoussiérer cet héritage précieux à sa façon. Des compositions ravissantes, charmantes et fantastiques, minutieusement construites et ornées, ont investi les murs de la Galerie Yahia, relançant un vrai dialogue entre le passé et le présent, entre les différentes générations. Les arabesques d’El Bekri jaillissent du fond de la mémoire comme de vrais témoignages de l’âge d’or de la culture arabo-islamique.


Dans cette nouvelle collection qui comporte pas moins de 170 œuvres réparties sur plusieurs thématiques, Abdelmajid El Bekri nous dévoile différentes facettes de cette perception particulière de l’art, l’écriture et la calligraphie, d’aujourd’hui, de demain et d’hier. Dans ce rendez-vous de charme, ce talentueux artiste a concocté quelques fruits de quarante ans de passion avec la lettre. «Recueils d’images», «Saisons», «Le chant de martyre» et d’autres séries charment la vue, émerveillent l’esprit. Mais notre Bekri ne se contente pas de reproduire l’histoire et de collecter des fragments de la mémoire éparpillés ici et là. Il se colle à la réalité, au vécu et surtout à l’actualité. La série «Jeux olympiques» apporte un vrai témoignage. Energie, fraîcheur, vitalité…et grâce giclent de ses lignes qui dansent et bougent sur le fond de la toile…Un mouvement en solo, en duo comme un spectacle de danse. La ligne de Abdelmajid El Bekri se pose gracieusement sur la toile, séduisant l’œil. «Jeux olympiques», une belle série qui nous transporte dès maintenant à Pékin et nous met face à face avec ces corps pleins de chaleur, de vie, d’ardeur, de force…et d’ambition.


«Mémoire de l’Arabesque», une exposition qui illustre avec le pouvoir irrésistible de l’image quelques épisodes d’un long parcours, du dialogue avec la lettre… D’ailleurs, pour ce rendez-vous, El Bekri a exposé une œuvre qui remonte aux années 1960 et d’autres récentes œuvres qui ont vu le jour au cours de l’année écoulée. Une exposition d’une forte sensibilité chromatique où l’œil jouit et sans modération.


 


Imen Abderrahmani




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com