Cinéma : Des courts qui courent…





Faire du cinéma n’est jamais une mince affaire surtout pour des jeunes qui tâtonnent encore à la recherche d’une place sous le soleil du 7ème art.


Le Théâtre d’El Hamra a ouvert son espace à une pléiade des cinéastes en herbe pour exposer un art à ses premiers balbutiements !


 


Ils représentent cette nouvelle génération du cinéma tunisien. Insaf Arafa, Marwen Trabelsi, Mohamed Kaïs Zaied et Mourad Hamzaoui, quatre cinéastes émergents qui se sont démarqués par la qualité de leurs productions cinématographiques. Enthousiastes et entichés, ils ont choisi de faire du chemin et d’aller derrière cette passion jusqu’au bout, contre vents et marées. Des expériences tumultueuses de leurs aînés, ces jeunes se sont ressourcés pour sustenter leurs itinéraires. Au Festival international du film amateur de Kélibia et dans d’autres manifestations, ils ont brillé par des histoires tirées du quotidien façonnées et modelées selon leurs perceptions du monde.


Au Théâtre El Hamra et simultanément avec cette rétrospective au cinéaste américain Quentin Tarantino, les jeunes ont pris la parole pour tracer une stratégie d’avenir et ce dans le cadre du «Club des Cinéfils». Un club qui tente de promouvoir la culture cinématographique et encourager les cinéastes novices. «Nous avons réfléchi à offrir au public d’El Hamra un aperçu sur les créations cinématographiques jeunes. Salués par les critiques et les cinéphiles dans diverses occasions, ces courts-métrages ont confirmé leur volonté de faire du bon cinéma et d’aller jusqu’au bout pour réaliser leur rêve. «La programmation de ces fraîches productions est une nouvelle occasion pour déclencher le débat sur l’état des lieux du cinéma tunisien», nous a souligné le jeune cinéaste Mohamed Kaïs Zaied qui veille sur ce volet particulier de la programmation.


Le coup d’envoi de la programmation a été donné mardi dernier avec «L’enfer au quotidien». Réalisé par Insaf Arafa en tant que projet de fin d’études, ce court-métrage de 15 minutes a été projeté pour la première fois lors de la dernière édition du Festival international du film amateur de Kélibia. Et c’est le cas de Marwen Trabelsi qui a signé «Dans les yeux d’un enfant», un court métrage de 9 minutes qui a été très applaudi à Kélibia. Lauréat du «Prix du jury» lors de ce festival consacré à l’expérience amatrice, ce court-métrage est le fruit des études menées par ce jeune à l’Institut Supérieur des Beaux Arts de Nabeul.


Jeune réalisateur et étudiant en cinéma, Mohamed Kaïs Zaied a pris le pas sur ses confrères grâce à une expérience enrichissante en tant qu’assistant réalisateur sur plusieurs courts-métrages tunisiens. Réalisateur d'une fiction intitulée ''Conversations'' et de «L’âge de verre» un documentaire de 6 minutes, le cinéaste est aussi membre actif de «La maison du court et du doc» dont le maître n’est que le cinéaste Brahim Letaïef.


La clôture de ce cycle qui revisite quelques fragments de l’expérience jeune en Tunisie sera avec Mourad Hamzaoui et sa «Transe- formation», un court-métrage de 15 minutes dont la projection est prévue pour le 29 de ce mois. Notons que ces courts-métrages accompagneront l’hommage rendu au cinéaste américain Quentin Tarantino. Un hommage qui a été axé sur la projection de quatre films qui reflètent le talent de ce réalisateur de films indépendants qui a atteint la célébrité grâce à une narration postmoderne et non linéaire. «Pulp fiction», «Jackie Brown», «Kill Bill» vol I et vol II sont à l’affiche de ce cycle concocté par le «Club des Cinéfils». A suivre à partir de 18h30 et chaque mardi sur l’écran du Théâtre d’El Hamra.


 


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com