Afghanistan : Berlin envisage un rôle de combat pour ses militaires





Le Quotidien-Agences


Berlin envisage à mots couverts et sans entrain des missions de combat pour ses militaires en Afghanistan à un moment où l'Otan réclame des renforts et plus de souplesse dans l'utilisation des troupes engagées.


Le débat a pris une tournure très publique après les déclarations à la presse d'un responsable des questions de défense du parti social-démocrate (SPD), Rainer Arnold, affirmant que des soldats allemands remplaceraient cet été les quelque 240 soldats norvégiens d'une force d'intervention rapide dans le nord de l'Afghanistan.


Pour la plupart des experts et commentateurs l'affaire est déjà conclue.


"Nous n'avons pas le choix. Nous sommes responsables pour le nord de l'Afghanistan et aucun de nos partenaires ne s'est porté volontaire" pour remplacer les Norvégiens, a affirmé au quotidien Passauer Neuen Presse Bernhard Gertz, responsable de la Bundeswehverband, association qui défend les intérêts des soldats allemands.


L'Allemagne est responsable de cette zone relativement calme où elle a déployé quelque 3.200 soldats dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), l'alliance de 26 pays impliquée en Afghanistan depuis le renversement des talibans à la fin 2001.


L'Otan, et plus particulièrement Washington, font pression sur l'Allemagne pour qu'elle s'engage davantage militairement en Afghanistan où les talibans reprennent l'offensive.


Les partis de l'opposition, où les opposants à la présence militaire allemande sont nombreux, ont dénoncé les efforts du gouvernement de coalition visant, selon un porte-parole du parti libéral FDP, Rainer Stinner, "à tromper l'opinion publique" sur la vraie nature de cette force d'intervention rapide




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com