Tunisie – Sénégal (2-2) : Pas tout à fait rassurant





Ce fut un match aux multiples rebondissements et les Tunisiens, peu impressionnants, ont fini par arracher une égalisation bonne à prendre au vu de leur rendement individuel et collectif.


 


C omme prévu, Roger Lemerre a choisi une tactique prudente qui consiste à garnir l’entrejeu et dresser un rideau à trois juste devant la défense. En incorporant le trio Mnari-Zouaghi-Traoui, il a cherché à bloquer les Sénégalais et à empêcher leur manœuvre offensive. Avec son 4-3-2-1, le Onze tunisien n’a pas voulu prendre trop de risques. Ce schéma ne favorise pas le jeu offensif, mais voilà que les Tunisiens parviennent à trouver le chemin des filets adverses après seulement neuf minutes. Un contre mené sur le flanc gauche ponctué par un joli une-deux entre Bekri et Jomaâ a permis à ce dernier de se trouver en excellente position et de reprendre le ballon d’un tir croisé parfait qui a eu raison de Sylva, surpris par l’action (9’). Ce but précoce a donné une nouvelle tournure au match, puisque les Sénégalais, déjà plus offensifs que leurs adversaires, se virent obligés de réagir et d’avancer davantage. Nantis d’une avance peut-être … inespérée dans un tel contexte, les “Aigles de Carthage” ne firent pas plus que défendre leur acquis. Heureusement pour eux, la manœuvre sénégalaise n’était pas aussi rapide que d’habitude et la réaction des coéquipiers de Dhiouf, bien muselé par Hagui, a manqué de punch et de réalisme. Face à un ensemble tunisien au jeu laborieux, à l’image de Chikhaoui, totalement absent et déconcentré, les Sénégalais ont multiplié les essais, mais ils durent attendre les ultimes secondes de la première mi-temps et un cadeau offert par … Jaïdi pour égaliser.


Le capitaine tunisien, mal inspiré, a été l’auteur d’un mauvais renvoi qui a été fatal aux siens puisque Sall ne s’est pas fait prier pour battre Kasraoui, sorti pour le contrer (45’+1).


 


Un scénario … fou


L’égalisation méritée des Sénégalais a fait l’effet d’une douche écossaise dans le camp tunisien. A la reprise, et durant plus d’un quart d’heure, il n’y eut qu’une seule équipe sur le terrain et ce n’était que justice que le Sénégal a pris l’avantage grâce à D. Camara qui a profité d’un cafouillage monstre devant Kasraoui et d’un mauvais renvoi de Falhi qui a commis, à cette occasion, son unique erreur.


Ce but, venu au moment où les Tunisiens ont presque baissé les bras, a galvanisé les hommes de Kasperszak qui ont eu des opportunités pour tuer le match. Fort heureusement, Niang et les siens ont peut-être cru très tôt à la victoire puisqu’ils furent, par la suite, maladroits et trop confiants, à l’image de Dhiouf et Camara. Lemerre, contraint à donner plus de tonus à son attaque, a opéré plusieurs changements et l’incorporation de Zaïem et Ben Dhifallah a fait du bien à l’équipe tunisienne qui a commencé à mieux carburer. Du coup, Chikhaoui a retrouvé, par moments, son jeu et l’entrejeu, plus offensif, a pu mieux soutenir les attaquants. La sortie de Santos, trop statique a libéré la manœuvre tunisienne et le remplacement de Zouaghi par un milieu plus offensif a redonné vie à un ensemble tunisien  qui, curieusement, a trouvé les ressources nécessaires pour réagir et revenir encore plus fort dans les derniers moments du match. Malgré son jeu peu convaincant, le Onze tunisien a pu sauver la face en égalisant grâce à un superbe but de Traoui, suite à un tir des vingt-cinq mètres (82’). Cette égalisation, venue au bon moment, a donné des ailes aux poulains de Lemerre qui auraient même pu renverser la vapeur en fin de match suite à une bonne accélération de Chikhaoui qui a perdu le contrôle du ballon, au mauvais moment.


Ce fut l’unique occasion des dernières minutes et le résultat nul, entre les deux favoris du groupe, n’a finalement fait de mal à aucune partie malgré la perte de deux points, d’un côté comme de l’autre.


Pour sa première sortie, la Tunisie a su éviter le pire. Sa prestation a été plutôt décevante, mais le résultat, en soi, n’a rien de dramatique.


Il y a eu trop de méfiance et de lenteur dans la manœuvre  tunisienne et le jeu en contre n’a pas bien fonctionné avec trois attaquants qui n’ont pas pu s’imposer. Santos et Chikhaoui ont fait très peu alors que Jomaâ, dominé par une blessure, ne pouvait faire mieux que marquer un but qui aurait pu stimuler davantage ses coéquipiers.


 


Kamel ZAÏEM


__________________


 


Fiche technique


Stade : Tamale


Public : 5000 environ


Arbitre : Yusi Nichimura


Tunisie - Sénégal (2-2)


Buts :


Tunisie : Jomaâ (9’), Traoui (82’)


Sénégal : Sall (45’+1), D. Camara (66’)


Formations :


Tunisie : Kasraoui, Felhi, Bekri, Jaïdi, Hagui, Traoui, Zouaghi (Ben Dhifallah 80’), Mnari, Chikhaoui, Jomaâ (Mikari 86’), Santos (Zaïem 63’)


Sénégal : Sylva, Ndaw, Diawara, Faye, Beye, Ndoye (Bouba Diop 63’), Mendy (H. Camara 61’), Sall, D. Camara, Niang (Gueye 88’), Dhiouf.


Cartons jaunes


Tunisie : Santos, Zaïem, Traoui

Sénégal : D. Camara


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com