Environnement : Après l’air, l’eau sous contrôle…





A l’instar du réseau national de surveillance de la qualité de l’air, l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement devrait se charger du pilotage d’un réseau national de surveillance de la pollution hydrique. L’action sera réalisée à travers le projet de contrôle de la pollution de l’eau (COPEAU)


 


Tunis-Le Quotidien


Financé par la Commission Européenne à travers une enveloppe de 1,4 million de dinars (790 mille euros), le projet de contrôle de la pollution de l’eau (COPEAU) doit entrer en œuvre début 2010. Il a pour principale mission de renforcer  les capacités de l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement (ANPE) dans sa mission de contrôle de pollution des eaux en Tunisie.


L’ANPE se chargera de la mise en place d’un réseau de surveillance de la qualité des eaux continentales, en suivant la même approche mise en œuvre au niveau du réseau national de surveillance de la qualité de l’air qui couvre tout le territoire. Le réseau regroupera l’ensemble des intervenants dans le domaine du contrôle des eaux de surface et souterraines.


D’après nos sources à l’ANPE, l’objectif du projet COPEAU est d’aider à la mise en exécution des recommandations du Projet d’investissement dans le secteur de l’eau (PISEAU). En ce qui concerne la surveillance des eaux, le projet servira aussi de modèle aux autres pays de la région désireux de mettre sur pied un réseau similaire.


On croit savoir dans le même cadre que le manuel de procédures du projet est déjà fin prêt. Le contenu de ce manuel, qui a été présenté et discuté le 16 janvier courant au siège de l’ANPE, a été élaboré sur la base des constats formulés par les différents intervenants dans le domaine de la surveillance et du contrôle de la qualité et de la pollution des eaux dans les régions.


L’élaboration dudit manuel a été faite en concertation avec des experts belges représentant le projet Aquapôle. Ce projet, développé par le campus universitaire du Sart Tilman à Liège, est un pôle de recherche-développement et d’expertise en sciences de l’eau.


Le manuel des procédures du projet COPEAU aidera à une meilleure intégration des dispositifs de contrôle existants, notamment les mécanismes mis en place grâce au PISEAU. Ces dispositifs seront complétés selon les nécessités identifiées. Il permettra aussi aux agents de l’ANPE de définir, de façon précise et détaillée, les procédures à suivre pour le contrôle de la pollution des eaux.


Dans le chapitre équipements, le projet renforcera les capacités l’ANPE à travers l’acquisition de deux laboratoires mobiles et de l’équipement analytique nécessaire. Ces deux laboratoires auront pour mission la réalisation de campagnes d’analyse au niveau des différentes régions et qui concerneront tous les paramètres liés aux normes de qualité d’eau (physico-chimie, métaux, pesticides, hydrocarbures, bactériologie…).


Toujours à travers le projet COPEAU, d’autres actions de formation seront dispensées aux agents de l’ANPE ainsi qu’aux différents intervenants dans le domaine de la surveillance et du contrôle des eaux en Tunisie. La formation portera sur la conception générale du réseau de surveillance, le choix et la signification des paramètres, l’utilisation et la maintenance du matériel de mesure et enfin le traitement et la valorisation des données.


Le budget alloué au projet prévoit par ailleurs une visite technique en Belgique destinée aux cadres de l’ANPE qui auront l’opportunité de prendre connaissance des techniques et moyens de contrôle de la qualité de l’eau utilisés au niveau de «Aquapôle».


 


H.GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com