Kirkouk : Les Turcomans menacent de créer leur milice





Le Quotidien-Agences
Les Turcomans de Kirkouk, région pétrolifère du nord de l'Irak en proie à des tensions ethniques, ont lancé un appel hier au gouvernement pour les protéger, menaçant indirectement de créer leur propre milice.
"Nous appelons une nouvelle fois le gouvernement à protéger les Turcomans qui sont victimes d'actes de génocide", affirme dans un communiqué le Front turcoman irakien, principal parti politique représentant cette minorité turcophone du nord du pays.
"La violence continue de coûter la vie à d'innocents Turcomans, leurs mosquées, leurs cafés et les aires de jeux des enfants sont pris pour cible (...), les enlèvements se multiplient sur les routes", ajoute-t-il.
"Les autorités locales n'ont jusqu'à présent pris aucune mesure sérieuse et le gouvernement reste les bras croisés", poursuit le texte.
Le Front turcoman "exige la formation d'une force militaire turkmène au sein de l'armée irakienne pour protéger les territoires turcomans de Taza, Daqouq, Touz, Amirly et Souleiman Big". Dans le cas contraire, les Turcomans pourraient créer leur propre milice pour se protéger, laisse entendre le communiqué en citant un verset du Coran.
Les Turcomans représentent moins de 5% de la population irakienne et sont concentrés dans la région de Kirkouk. Ils disposent d'un député au parlement.
Ce communiqué a été publié après la découverte mercredi des corps décapités de deux jeunes Turkmènes près de Touz Khurmatou (120 km au nord de Bagdad), selon la police locale. Quatre Turkmènes ont également été kidnappés dans les environs de la localité de Amirly, toujours selon la police.
A 250 km au nord de Bagdad, Kirkouk, au cœur d'une région riche en pétrole, est une ville multiethnique où se côtoient Kurdes, Arabes et Turcomans. Elle compterait aujourd'hui plus d'un million d'habitants, mais la répartition entre les communautés n'est pas officiellement connue.
Son contrôle suscite de très fortes tensions entre les acteurs politiques. Les Kurdes souhaitent rattacher Kirkouk au Kurdistan irakien, mais Arabes et Turcomans voudraient la maintenir sous l'autorité du gouvernement central à Bagdad.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com