Egypte : Des Palestiniens en colère attaquent un bâtiment du gouvernement





Le Quotidien - Agences


Des Palestiniens furieux d'avoir été rassemblés par les autorités égyptiennes dans le but de leur faire regagner Gaza après la fermeture de la frontière, ont attaqué un bâtiment gouvernemental à Rafah, a indiqué hier une source au sein des services de sécurité égyptiens.


"Les autorités égyptiennes ont regroupé au moins 500 Palestiniens dans la ville (frontière) de Rafah lundi soir et les ont emmenés dans un bâtiment administratif", a expliqué cette source, sous couvert d'anonymat.


Les Palestiniens, destinés à rejoindre la bande de Gaza à la suite de la fermeture de la frontière dimanche, ont "mis le feu au bâtiment, cassé des vitres et détruit du matériel", a poursuivi cette source.


La source a précisé que ce groupe de Palestiniens regagnerait Gaza "une fois que des arrangements auront été trouvés".


La frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza, ouverte par des activistes palestiniens le 23 janvier en réaction au blocus israélien du territoire décidé six jours plus tôt, a été refermée dimanche et lundi par les forces égyptiennes et le Hamas, maître de Gaza.


Des heurts ont alors eu lieu entre Palestiniens mécontents et policiers égyptiens. Un Palestinien a été tué par balle et au moins 11 personnes, dont huit policiers égyptiens, blessés.


Par ailleurs, la source au sein des services de sécurité égyptiens a signalé que quelque 1.500 Palestiniens installés dans d'autres pays arabes et se trouvant actuellement en Egypte avaient été regroupés dans une auberge de jeunesse d'El-Arich, dans l'attente de l'obtention de visas.


Nombre d'entre eux étaient bloqués dans la Bande de Gaza, du fait de la fermeture du poste-frontière, et ont profité de son ouverture durant 12 jours pour sortir du territoire.


Le Hamas a "regretté" pour sa part le recours à la force par la police égyptienne pour disperser les manifestants palestiniens.


"Les incidents regrettables à la frontière égypto-palestinienne se sont produits après que la sécurité égyptienne a empêché des Palestiniens bloqués côté égyptien de regagner leurs maisons à Gaza", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.


Selon lui cette situation "a donné lieu à des protestations du côté palestinien auxquelles la sécurité égyptienne a riposté en ouvrant le feu et en tirant des gaz lacrymogènes, tuant un citoyen palestinien et blessant 14 autres, dont cinq par balles".


«Le Hamas regrette ces incidents et le traitement que la sécurité égyptienne a réservé aux citoyens palestiniens", a ajouté . Abou Zouhri.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com