Mise à l’écart des réformateurs en Iran – Khatami : «C’est une catastrophe»





L'ancien président iranien Mohammad Khatami a qualifié de "catastrophe" la disqualification de milliers de candidats réformateurs pour les législatives du 14 mars et jugé que ce phénomène menaçait la révolution islamique.


 


Le Quotidien-Agences


"La disqualification (des candidats) par les comités exécutifs est une catastrophe", a-t-il dit, selon une dépêche de l'agence Isna publiée mercredi soir.


Les comités exécutifs chargés d'organiser les élections, dépendant du ministère de l'Intérieur, ont disqualifié le mois dernier quelque 2.000 candidats, dont un bon nombre de réformateurs.


Les dirigeants réformateurs ont affirmé que le rejet de ces candidatures anéantissait leurs chances face aux conservateurs, qui contrôlent le Parlement.


"Que l'on rejette les qualifications de personnes honorables, de bons musulmans pose problème", a dit Khatami.


"Mais ce qui est encore plus triste est cette tendance actuelle (à disqualifier les candidats) qui compromet la révolution, le système et le bien-être de la société."


 Le rejet massif de candidats réformateurs avait permis en 2004 aux conservateurs de reconquérir le Parlement.


Khatami, qui est une des principales figures du camp réformateur, a multiplié ces derniers mois les attaques contre la politique de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, son successeur à la présidence.


"Si cette tendance se poursuit, cela deviendra très dangereux", a-t-il dit.


"Il faut préserver les valeurs de notre révolution sans être obtus", a-t-il estimé, lors d'une cérémonie à la mémoire d'Ahmad Borghani, un ancien vice-ministre de la Culture.


Pour pouvoir se présenter aux législatives, les candidats doivent satisfaire à certains critères, parmi lesquels leur loyauté vis-à-vis de la révolution islamique.


Les candidats disqualifiés ont fait appel auprès des commissions de surveillance liées au Conseil des Gardiens de la constitution, un second organe conservateur chargé de superviser les élections. Or, ces commissions ont disqualifié de nouveaux candidats du camp réformateur.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com