Hommage à Jean-Luc Godard : Regard sur l’art





Du 8 au 15 février, le regard consacré à l’œuvre de Jean-Luc Godard est un hommage à l’art du cinéaste français qui s’est investi pour la promotion du 7ème art.


 


L’Institut français de coopération propose du 8 au 15 février un cycle de projections des films de Godard au CinémAfric-Art et à l’Espace El Hamra, une conférence à l’IPEST et un stage à l’ISAMM.


Les films programmés appartiennent à la période appelée «Nouvelle vague», dans les années 60 marquées par un bouillonnement intellectuel sans pareil.


Certains disent que la seule période godardienne s’apparentant «au vrai cinéma» reste celle des années 1960, période qui a vu l’éclosion d’un art avec de «vraies histoires» et «des personnages psychologiquement palpables».


Pendant cette période de la carrière de Godard, l’artiste  a filmé la France avec tous les changements sociaux qui s’y opèrent. Il a peint l’image d’une société en pleine mutation, le PopArt dans la Chinoise, la publicité émergente dans «Pierrot le Fou», les enfants de Marx et de Coca-Cola dans «Masculin féminin», les classes sociales dans «Week-end», les bistrots dans «Made in USA».


En 1968, il filme une répétition des Rolling Stones (One plus one). Fin des années 60 début 70, Godard filme «politique», des discussions entre ouvriers et étudiants au sujet des événements de mai 68...


Les films qui seront projetés à partir du 8 sont «A bout de souffle» (1960), «Le petit soldat» (1960), «Une femme est une femme» (1961) et Pierrot le fou (1965).


Des œuvres qui auront à familiariser, le public tunisien avec le cinéma de Godard. Des spécialistes disent que «Godard est peut-être la figure la plus complexe et la plus innovante du cinéma depuis plus de quarante ans. Il semble très éloigné de l’académisme, avec des scénarii souvent évolutifs».


Alain Bergala, pour ce qui est du cycle tunisien, aura à affûter ces idées, puisqu’il est considéré, le spécialiste de Godard. Ancien rédacteur en chef des cahiers du cinéma et auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, Alain Bergala animera la séance d’aujourd’hui à CinémAfric-Art. Toutes les autres séances seront présentées notamment par Tahar Chikhaoui, critique et enseignant de cinéma. Le ciné-club du mardi de l’Espace El Hamra sera consacré pendant tout le mois de février au cinéaste français.


On note aussi la tenue d’une conférence sur «la place de Jean-Luc Godard dans l’histoire du cinéma et plus largement dans l’histoire de l’art» et l’organisation d’un stage d’analyse filmique de l’œuvre de Godard.


Signalons dans la foulée, que l’art de Jean-Luc Godard ne se révèle pas à la première vue. Il faut selon nombreux spécialistes du cinéma, une concentration intense pour parvenir à capter le sens de ses films et à en mesurer toute leur portée. En revanche, lorsque c’est chose faite, l’empreinte poétique laissée par le réalisateur et ses films est indélébile.


 


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com