En visite en Irak : Gates soutient une pause dans le retrait





* Dix-neuf tués dans des attaques suicides


 


Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a soutenu hier l'idée d'une pause dans la réduction du contingent américain en Irak après juillet, lors d'une visite à Bagdad, où deux attaques ont fait onze tués.


 


Le Quotidien-Agences


"Je crois que l'idée d'une brève période de consolidation et d'évaluation est probablement logique" après une phase de réduction du nombre de soldats qui doit passer de 157.000 actuellement à environ 130.000 soldats d'ici juillet 2008, a déclaré Gates.


Le responsable américain s'exprimait devant des journalistes à l'issue d'une rencontre de deux heures avec le commandement américain en Irak, dont le plus haut gradé, le général David Petraeus.


Ce dernier avait laissé entendre le mois dernier qu'il souhaitait un temps de réflexion après le retrait initial et doit émettre en avril une recommandation quant à une éventuelle poursuite de la réduction du contingent américain après juillet.


C'est la première fois que Gates se prononce aussi clairement sur ce sujet, particulièrement sensible au moment où la campagne pour la présidentielle de novembre 2008 aux Etats-Unis est entrée dans une phase cruciale et que la conduite de la guerre en Irak y joue un rôle important.


"La décision doit être encore évaluée et prise par le président" George W. Bush, a toutefois ajouté Gates.


 


Attaques


Alors que Gates s'apprêtait à quitter la capitale irakienne, deux voitures piégées ont explosé entre les quartiers de Karrada et Jadriya, dans le sud de Bagdad.


Selon le ministère de la Défense, au moins dix-neuf personnes ont été tuées et 30 blessées par les déflagrations.


L'avenue sur laquelle étaient garées les voitures est fréquentée par de nombreux convois officiels ainsi que des patrouilles américaines. Les locaux d'un puissant parti chiite, le Conseil Suprême islamique irakien (CSII), d'Abdel Aziz Hakim, se trouvent dans le même secteur.


Enfin, un militaire américain a été tué et deux autres ont été blessés dimanche dans l'explosion d'une bombe dans la province de Diyala, dans le centre de l'Irak, a annoncé hier l'armée américaine dans un communiqué.


La veille, des incidents sécuritaires dans le nord du pays, théâtre d'affrontements avec les affiliés d'Al-Qaïda, avaient fait 40 tués.


En dépit de ces violences, Gates a dressé un bilan positif de la situation en Irak, près d'un an après la décision des Etats-Unis d'y envoyer des renforts.


"Al-Qaïda est en déroute, des insurgés ont été enrôlés, et le niveau des violences de toutes sortes a diminué", a assuré le responsable américain lors d'une cérémonie en l'honneur du général Raymond Odierno, en passe de devenir le chef d'état-major adjoint de l'armée de Terre américaine.


"Les changements que j'ai pu constater ici  en un an sont remarquables", a-t-il dit.

Le général Jeffrey Hammond, commandant du secteur de Bagdad, a assuré devant Gates et la presse que "presque 70% de la capitale irakienne était sous le contrôle" des forces irakiennes et américaines.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com