Handball Sahli juge C.A. – E.S.T.





Faouzi Sahli est un ancien international qui a aussi entraîné à plusieurs reprises l’ASH et a travaillé au sein de nombreux clubs. Sa longue expérience et sa profonde connaissance du handball lui permettent d’avoir un avis avisé sur le match de Coupe qui a opposé le CA à l’Espérance.


Faouzi Sahli nous a déclaré que «le derby est un match spécial où les schémas tactiques ne signifient pas grand-chose. En réalité, les choix des entraîneurs sautent vu que ce genre de rencontres dépend avant tout de la forme du jour et de la tournure prise par le déroulement du match».


Le coach capbonais devait ajouter que «sur le papier, le Club Africain partait avec les faveurs des pronostics et semblait plus fort. Il l’a d’ailleurs démontré en première mi-temps lorsqu’il est parvenu à s’adjuger sept buts d’écart. Cependant, il faut dire que les deux équipes ont eu des hauts et des bas et le Club Africain connut un long passage à vide bien exploité par l’Espérance qui put ainsi revenir à un but d’écart. En ce qui concerne l’Espérance, je pense qu’elle a été trahie par la méforme de ses gardiens et surtout de ses ailiers qui furent inefficaces. Or devant une défense clubiste puissante et solide dans l’axe, il fallait évoluer sur les flancs. Et je le redis encore une fois, une équipe sans ailes ne peut pas voler. En outre, sa défense avancée fut très statique au lieu d’être mobile. Il y eut donc une application défectueuse de ces schémas. D’ailleurs, un garçon comme Hammed put toujours tirer envers la cage espérantiste alors que la défense avancée avait justement pour objectif de l’éloigner de la zone de tir. Ensuite, l’Espérance a manqué un demi centre de métier qui aurait pu mettre dans d’excellentes conditions de conclure Mahmoud Gharbi».


Enfin, Faouzi Sahli nous affirma que «la défense clubiste fut très agressive, de façon excessive parfois ce qui lui valut d’ailleurs plusieurs exclusions de deux minutes. Grosso modo, je peux dire que le match fut très disputé et le suspense dura jusqu’au coup de sifflet final. C’est l’application des acteurs sur le parquet qui a fait la différence».


 


ABDELLATIF




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com