Acharnement gratuit





Pas moins de dix-sept journaux danois, dont les trois plus grands, ont jugé bon de republier, hier, une caricature blasphématoire du Prophète Mohamed remettant ainsi au goût du jour une sombre affaire qui a provoqué un tollé et un mouvement d’indignation sans précédent il y a quelques années dans le monde arabo-musulman. Raison invoquée pour justifier ce “remake” sournois : la défense d’une prétendue liberté d’expression associée  à une solidarité bassement partisane à l’égard d’un des auteurs de ces caricatures de la honte qui aurait été la cible d’un attentat déjoué mardi par la police.


La publication par le Jyllands-Posten de ces dessins provocateurs avait déclenché, rappelons-le, en janvier et février 2006, de violentes protestations contre le Danemark dans le monde musulman. L’affaire avait pris une tournure encore plus dramatique, voire dangereuse, suite à la réédition de ces mêmes caricatures par d’autres journaux européens qui ont cédé à l’appel des sirènes du sensationnalisme de bas fond sans mesurer les conséquences néfastes de leurs actes sur les relations entre l’Orient et l’Occident, déjà mal au point.


La reprise de ces caricatures éminemment controversées prend, de toute évidence, les allures d’un acharnement gratuit et d’un harcèlement vicieux et pervers que rien ne saurait justifier.


Cette agression  caractérisée des musulmans dans leur croyance et leur foi est d’autant plus inacceptable qu’elle s’inscrit dans le cadre d’une vile cabale de dénigrement tous azimuts orchestrée par quelques âmes en peine qui tentent désespérément d’associer l’Islam au terrorisme.


Au nom d’une prétendue liberté d’expression donc, la presse danoise qui considère, à l’unanimité, le projet d’attentat contre le caricaturiste Westergaard comme un “attentat contre la démocratie” fait preuve d’un sadisme méthodique en replantant le canif dans une douloureuse plaie qui ne s’est pas encore cicatrisée. Comme si les ponts entre les deux cultures et civilisations n’étaient pas assez ébréchés, depuis les tragiques attentats de 2001 à New York.


Cette triste affaire qui dégage les relents de la xénophobie et d’un anti-islamisme débridé, jette en fait, de l’huile sur le feu et risque de corser davantage une situation déjà  très tendue. La presse danoise estime que “ce plan d’attentat est profondément choquant et inquiétant et montre qu’il existe des musulmans fanatiques qui ne respectent ni la loi ni la liberté d’expression” gagnerait assurément à revoir sa copie. Car elle ne peut réclamer le “fair-play” tout en traînant dans la boue la foi et les convictions religieuses des autres. Elle doit se rendre à l’évidence, en effet, que la liberté de la presse, tout comme la liberté individuelle ou collective, s’arrête là où commence celle des autres …


 


Chokri BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com