Déguisés en civils, installés dans l’ambassade US au Liban : Que font les militaires américains à Beyrouth ?





Le fait qu'une délégation militaire américaine s'est rendue secrètement et, déguisée en civil à Beyrouth, en dit long sur un nouveau complot au Liban. Les membres de cette délégation dont le sous-secrétaire américain à la Défense Eric Adelman, se sont rendues de Bahreïn à Beyrouth, dans un avion militaire et se sont installés dans l'ambassade des Etats-Unis au Liban. La rencontre de cette délégation avec Fouad Siniora a redoublé les inquiétudes. Lors du troisième anniversaire de l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, le courant du 14 mars s’est emballé dans des diatribes au ton martial, mettant en danger la souveraineté nationale du Liban. Le 14 mars s'est ouvertement déclaré à la guerre civile tandis qu'Eric Adelman est porteur du message de Bush à Siniora, l'assurant de son soutien tous azimuts. Durant toute cette année, Washington n'a lésiné sur rien pour maintenir, à tout prix, au pouvoir le gouvernement de Siniora. Equipements et munitions militaires, soutien politique et la préparation du terrain à la guerre civile ne sont que la pointe de l'iceberg des machinations américaines dans la crise que traverse le pays du Cèdre. Pourtant la vigilance et la sagesse politique du courant du 8 mars formé du Hezbollah, du Président du parlement Nabih Berri et du Courant Patriotique Libre, CPL, de Michel Aoun ont fait échouer les complots de la Maison Blanche. Sans nul doute, au cours de cette dernière année, le 14 mars a agi comme le bras de Washington au Liban, négligeant les intérêts nationaux du pays. L'intéressant c'est que le journal israélien Haaretz a reconnu, après deux ans, que si la guerre estivale d'Israël face au Hezbollah se poursuivrait non seulement Israël aurait essuyé un échec plus cuisant mais aussi le gouvernement Siniora aurait été renversé. De l'avis des experts, après l'échec d'Israël face au Hezbollah, c'est grâce aux soutiens de Washington que le gouvernement Siniora se maintient toujours au pouvoir. C'est dans ce sens que l'un des leaders du 14 mars le druze Walid Joumblatt a souligné récemment : « La cœxistence avec le Hezbollah est impossible. » « Nous ne voulons pas de guerre avec Israël.» Dès le début du XXIe siècle, le Hezbollah libanais a infligé des coups durs politiques et militaires aux Occupants sionistes et leurs allés américains. C'est pour cette même raison qu'après leurs ingérences dans les affaires libanaises, les militaires américains sont venus pour compenser l'échec au Liban, dans le vide politique. Le Liban se trouve à présent au bord du gouffre et il ne reste pas beaucoup de temps au 14 mars de revenir vers le peuple.


 


D’après www.irib.net




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com