Paris appelle à la levée du blocus et au gel de la colonisation





Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a appelé Israël à lever le blocus imposé à la bande de Gaza et l'Autorité palestinienne à lutter contre les "mouvements terroristes", au premier jour d'une visite dans la région.


 


Le Quotidien-Agences


Dans la matinée, le ministre français s'est rendu à Beitlahm, en Cisjordanie, où il a visité l'Hôpital de la Sainte famille, puis a gagné la municipalité pour des entretiens avec le ministre palestinien des Affaires locales, Zyad Bandak, ainsi qu'avec le gouverneur et le maire de la ville, Salah Tamari et Victor Batarseh.


"J'espère que les touristes du monde entier vont retourner à Bethléem", a déclaré Kouchner après les discussions. "Nous espérons que grâce au processus de paix et la conférence des donateurs de Paris (qui s'est tenue en décembre) on connaîtra ici des jours meilleurs et on mettra en oeuvre de nombreux projets", a-t-il ajouté.


En fin d'après-midi, il s’est rendu à Ramallah pour rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas après des discussions dans la vieille ville d’Al Qods avec des hommes d'affaires palestiniens.


Aujourd’hui, il s'entretiendra à Al Qods occupée avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert, la chef de la diplomatie Tzipi Livni et le ministre de la Défense Ehud Barak.


Les entretiens porteront notamment sur le processus de paix israélo-palestinien et la situation à Gaza où Israël impose depuis le 17 janvier un blocus en représailles aux tirs de roquettes palestiniennes, qui a provoqué une pénurie des produits de baseet des coupures d'électricité.


"La situation économique et humanitaire à Gaza est particulièrement mauvaise. Les mesures de blocus mises en oeuvre affectent directement l'ensemble de l'économie et les conditions de vie", a déclaré Kouchner dans


une interview à Al-Quds, principal quotidien palestinien.


Kouchner a en outre appelé Olmert et Abbas à respecter les engagements pris en novembre 2007 à la conférence d'Annapolis aux Etats-Unis, où ils ont relancé les négociations de paix après sept ans d'impasse avec l'objectif affiché de parvenir à un accord de paix avant fin 2008.


"Il s'agit principalement pour Israël de geler totalement la colonisation en Cisjordanie comme à Jérusalem-est, de démanteler toutes les colonies dites  illégales et de rouvrir les institutions palestiniennes de Jérusalem-est,


notamment la Maison d'Orient et la Chambre de commerce", a-t-il dit.


"On ne le redira jamais assez: la colonisation constitue un obstacle à la paix, elle est contraire au principe de l'échange de la terre contre la paix.


L'Etat palestinien doit être viable pour exister véritablement".


En ce qui concerne l'Autorité palestinienne, elle doit selon lui "faire des efforts très importants pour lutter contre les mouvements terroristes et réformer les services de sécurité pour qu'ils soient plus efficaces". Des "progrès très encourageants ont été réalisés" mais il faut "aller plus loin".


________________________


Mobilisation


 


Le Quotidien-Agences


Un groupe d’anciens généraux israéliens lance une campagne appelant l’armée à lever les barrages routiers en Cisjordanie. Ces entraves à la circulation sur le territoire palestinien provoquent la haine et font obstacle au processus de paix, alertent-ils.


Les douze militaires affirment que les centaines de barrages qui parsèment les routes de Cisjordanie sont une mesure excessive et que d’autres moyens permettraient de prévenir les attentats suicides.


Dans une lettre adressée à Ehud Barak, ils proposent de démanteler progressivement les points de contrôle qui restreignent les mouvements des 2 millions de palestiniens habitant la Cisjordanie et paralysent l’économie.


«Il faut comprendre les dégâts produits par une situation où le peuple palestinien est dos au mur, incapable de développer son économie, incapable de se déplacer, et où n’apparaît aucune lumière au bout du tunnel», déclare Ilan Paz, l’un des signataires qui fut le directeur de l’administration des affaires civiles de l’armée. «Cela crée une réalité qui crée le terrorisme, nous devons garder cela en tête».


Les généraux espèrent convaincre les responsables de la défense de faire un geste en direction des palestiniens, ce qui donnerait à Ehoud Olmert plus de latitude dans les pourparler de paix, déclare Shlomo Brom, un autre signataire, ancien responsable de la planification pour l’armée israélienne.

«Le sentiment d’humiliation et la détestation provoqués par les barrages routiers renforcent chez les palestiniens l’attrait pour les groupes militants et le Hamas», déclare Brom. «Je pense [que cette mesure] pourrait aider le processus de paix. Notre objectif est bien sûr de venir en aide aux ... plans d’Olmert pour parvenir à un accord de paix».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com