Bush en Afrique : Pour un partage du pouvoir au Kenya et une force de l’ONU au Soudan





Le  président américain George Bush a plaidé hier à Cotonou pour un partage du pouvoir au Kenya afin de mettre fin aux violences et pour une "robuste" force de l'ONU dans la province soudanaise du Darfour.


 


Le Quotidien-Agences


"Concernant la visite (au Kenya lundi) de Condoleezza Rice, l'essentiel est que les dirigeants se verront délivrer de première main le message des Etats-Unis qui désirent la fin des violences et un accord de partage du pouvoir qui aidera ce pays à surmonter ses difficultés", a-t-il dit au premier jour de sa tournée africaine qui a débuté par une courte escale au Bénin.


Selon le porte-parole de Condoleezza Rice, Sean McCormack, cette dernière doit passer plusieurs heures demain   au Kenya où elle doit avoir des entretiens avec le président Mwai Kibaki et son rival Raila Odinga, qui accuse le président d'avoir été réélu frauduleusement le 27 décembre 2007.


Vendredi, l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a affirmé que les négociateurs avaient "défini un programme de réformes pour un nouveau gouvernement", mais qui nécessitait toujours un compromis entre les deux camps sur les modalités de mise en place.


Les violences politico-ethniques post-électorales ont fait plus de 1.000 morts et environ 300.000 déplacés. Elles ont été le révélateur de conflits fonciers et ethniques profonds et jamais résolus depuis l'indépendance en 1963.


A propos de la province du Darfour (ouest du Soudan), George Bush a réclamé une "robuste" force des Nations unies.


Evoquant la décision de son administration de ne pas envoyer de troupes américaines au Darfour, Bush a estimé qu'il "n'y a pas d'autres chemins possibles, à part celui des Nations unies et d'une force de maintien de la paix". Il a également indiqué à des journalistes avoir demandé l'aide de la Chine.


Dans un entretien diffusé par Radio France Internationale à la veille de son départ, George Bush avait de nouveau qualifié de "génocide" le conflit qui ensanglante le Darfour et s'était dit "frustré par la lenteur" des développements "sur le terrain".


La Minuad, la force "hybride" ONU-Union africaine (UA) prévue pour le Darfour, doit devenir la plus importante force de maintien de la paix dans le monde avec 20.000 soldats et 6.000 policiers. Mais seuls 9.000 hommes ont pour l'instant été déployés.


La Minuad a pris début janvier le relais de l'Amis, l'ancienne force de l'UA, mal équipée et sous-financée. Elle est chargée de protéger les populations civiles sur un territoire grand comme la France livré à la guerre civile depuis cinq ans.


Le Darfour est le théâtre depuis février 2003 d'une guerre civile qui a fait quelque 200.000 morts et plus de 2 millions de déplacés, selon l'ONU.


Khartoum conteste ce bilan et ne parle que de 9.000 morts.


Après le Bénin, Bush devait se rendre en Tanzanie, deuxième étape de sa dernière tournée africaine qui le mènera également au Rwanda, au Ghana et au Liberia.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com