Musharref dans le collimateur





Les résultats des élections législatives au Pakistan ont livré leurs secrets en plaçant l'opposition dans une place très confortable . Après huit ans de pouvoir presque sans partage, le Pakistan retrouve son processus démocratique et entame une nouvelle ère pleine d'incertitude. Du coup, le président actuel est placé dans le collimateur de l'opposition qui, aujourd'hui, détient tous les pouvoirs réglementaires pour entamer des procédures de destitution ou d'invalidation de l'élection de l'actuel président. L'option n'est pas impossible, d'autant plus que Nawaz Sharif a déjà montré sa détermination de tout mettre en œuvre pour rétablir dans leurs fonctions les juges de la Cour suprême limogés par Musharref l'année dernière, quand ils devaient se prononcer sur la validité de sa réélection pour cinq ans au scrutin d'octobre. Ceci est d'autant plus vrai que l'opposition pourrait concrètement recueillir les deux tiers des voix nécessaires pour la destitution de l'actuel président.


Les résultats des élections législatives dans ce pays bouleversent toutes les données géopolitiques de la région et risqueraient fort probablement de priver les USA d'un soutien inconditionnel dans sa "lutte contre le terrorisme" et les contraindre ainsi à rechercher d'autres alliances pour continuer à mener une politique impopulaire au Pakistan, combien de fois cautionnée par Musharref, malgré les critiques de ses adversaires. Le Pakistan a longtemps souffert des dommages collatéraux commis par l'armée américaine sous prétexte de  lutte contre le "terrorisme" tel que défini par les Etats-Unis.


Les dés sont ainsi jetés. Le compte à rebours de chute de Musharref a commencé, à moins qu'il n'établisse un compromis avec ses adversaires, ce qui lui permettrait de se garantir une sortie honorable. L'avenir de la région n'est plus désormais à la merci des caprices d'un président autoproclamé à l'issue d'un coup d'Etat, mais relèverait sans aucun doute d'un large consensus à travers un vote en bonne et due forme dans l'enceinte d'une nouvelle assemblée nationale pakistanaise aux couleurs multiples.


 


Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com