Nébiha Felah : De la thérapie en bonne et due forme





A pas sûrs, Nébiha Felah avance. Dans son expo «Etre…épars…être», elle repose la question sur l’être et le néant et elle cherche dans les modes d’existence. Entre l’être et le paraître, elle voyage pour scruter les rêves, le moi et l’autre. Des idées à discuter ou à partager jusqu’au 27 de ce mois. 


 


Dans le cadre des expositions collectives, Nébiha Felah a entamé un chemin parsemé de couleurs, de formes, de pensées…Un chemin qui l’a menée loin des regards mais pas loin d’un « autre » qu’elle cherche à croiser, à comprendre, bref à partager avec lui des moments très intimes et très personnels. Elle est là à la croisée des chemins, tendant ses bras pour accueillir un «autre» différent. «La peinture est ma thérapie. C’est ma voie pour retrouver l’autre et pour communiquer avec lui, sans fard. En peignant, je soigne mes douleurs et j’essaie de gommer celles des autres. J’essaie de lancer le débat en ciblant ces non-dits qui font mon monde et le sien. Pour moi, la peinture est partage dans le vrai sens du terme», nous a souligné l’artiste Nébiha Felah sur un ton enthousiaste et fier de cette expérience particulière qu’elle a choisi de mener jusqu’au bout et depuis des années.


Responsable de gestion documentaire dans un laboratoire pharmaceutique international, cette artiste est restée pour longtemps en quête de ce moment rare et précieux pour s’exprimer librement. «J’ai toujours rêvé d’être écrivaine ou artiste peintre. Je crois vraiment aux pouvoirs et vertus thérapeutiques de la plume et du pinceau», nous a-t-elle confié avec un grand sourire.


Discrète mais sûre d’elle-même et de ses capacités, Nébiha Felah travaille, expose, cherche… loin des clichés. «Etre…épars…être» est sa deuxième exposition en solo, toujours entre les murs de cette galerie, logée à Mutuelleville. De l’aventure ? Pas tout à fait, car chaque série de tableaux ou plutôt chaque exposition correspond à un thème bien précis. Dans l’abstrait, elle voyage pour dévoiler ses petits secrets et quelques pensées. Elle se cache derrière des lignes, des formes, des couleurs qu’elle esquisse, laissant à chacun la liberté de lecture et d’interprétation. Elle cherche dans les mystères du corps, de son langage, des liens qu’il entretient avec le monde… de l’amour charnel pour tirer quelques indiscrétions qu’elle porte sur ses toiles. «Avant de passer à mon chevalet, je note l’histoire ou l’idée du départ. De cette idée naissent d’autres. C’est une graine qui donne après quelques temps ses fruits. Mes tableaux sont les fruits de cette idée», nous a confié l’artiste. Mais lors de cette quête de se cacher et de fuir loin des regards et jugements des autres avec de petites histoires très intimes, son pinceau la trahit et des fragments de ce monde très personnel, des épars de cet être échappent de cet auto-contrôle qu’elle essaie d’exercer. Dans cette nouvelle «rencontre-débat», Nébiha Felah nous interpelle, grâce à une grande maturité intellectuelle et artistique, à partager avec elle la réflexion sur l’être et le paraître, un travail de collecte de ces épars de l’être afin de comprendre les nuances d’un dialogue, d’un va-et-vient entre le conscient et l’inconscient. Intéressés par cette philosophie existentielle, n’hésitez pas à découvrir cette collection de peintures à l’huile ! Seule adresse : Galerie «Le Damier», Avenue Haroun Errachid, Mutuelleville, chaque jour de 16h00 à 19h30, excepté le dimanche.


 


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com