Sous la pression de Washington : Les Serbes jouent la carte de Moscou





La Serbie, pressée par Washington et Bruxelles de contenir les violences qui ont suivi l'indépendance du Kosovo, a reçu l'aide de son grand allié, la Russie, qui accuse les Occidentaux de mettre en péril les relations internationales par leur soutien à l'Etat kosovar.


 


Le Quotidien-Agences


Un proche du président russe Vladimir Poutine a estimé hier que reconnaître l'indépendance du Kosovo revenait à "armer un fusil" dont "personne ne sait ni où ni quand le coup partira".


Les "jihadistes du terrorisme" islamique selon lui installés au Kosovo pourront maintenant agir au grand jour, a encore lancé Anatoli Safonov, envoyé spécial du président Poutine pour la coopération internationale contre le terrorisme et le crime organisé.


La veille, Poutine, qui soutient fermement Belgrade dans le rejet de l'indépendance du Kosovo, n'avait pas mâché ses mots et affirmé qu'il s'agissait d'un "précédent horrible", qui va revenir "dans la gueule" des Occidentaux et aura des "conséquences imprévisibles".


"La Russie entre en guerre pour le Kosovo!", titrait hier le quotidien belgradois Press en citant le représentant de la Russie à l'Otan, Dmitri Rogozine, qui avait déclaré que Moscou se réservait le droit d'"utiliser la force" si l'Otan ou l'Union européenne "défie" l'ONU sur le Kosovo.


Le journal cite Alksandar Vucic, un haut responsable du Parti radical serbe (SRS), la formation la plus représentée au Parlement, qui déclare: "Seuls les Russes peuvent mettre un terme aux mesures de type fasciste de l'Otan au Kosovo".


Un leader des Serbes du Kosovo, Goran Bogdanovic, a lui aussi salué l'attitude de Moscou.


"Il semble que le problème du Kosovo est sorti du cadre des Balkans et désormais nous pouvons nous attendre à une dispute entre les grandes puissances sur cette question", a déclaré Bogdanovic au même journal.


"La déclaration de Rogozine est perçue comme une mise en garde à l'Occident de maintenir sa présence au Kosovo dans le cadre de la résolution 1244, autrement cela peut aggraver les tensions et conduire même à un conflit de proportions mondiales", a-t-il estimé.


La résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU a mis fin au conflit de 1998-99 entre les forces serbes et la guérilla séparatiste albanaise du Kosovo et a prévu que cette province serait administrée par l'ONU mais resterait sous souveraineté serbe.


Cette résolution représente l'un des arguments de Madrid pour refuser de reconnaître l'indépendance du Kosovo, explique le secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères, Bernardino Léon Gros, dans un article signé hier dans le quotidien indépendant belgradois Blic.


"Contrairement à d'autres pays qui se sont séparés, comme la République tchèque et la Slovaquie, il n'y a pas d'accord entre les parties concernées, ni de résolution de l'ONU dans le cas du Kosovo", écrit Gros.


"Outre les raisons légales, la proclamation d'indépendance est contraire à tout ce que la communauté internationale a proclamé dans les Balkans depuis les années 1990" lors du démantèlement sanglant de l'ex-Yougoslavie, poursuit-il.


Outre l'Espagne, quatre autres pays membres de l'UE (la Roumanie, Chypre, la Grèce et la Slovaquie) ont annoncé qu'ils ne reconnaîtraient pas le nouvel Etat.


Hier encore, le ministre serbe pour le Kosovo, Slobodan Samardzic, s'en est pris aux Etats-Unis, qui ont soutenu l'indépendance proclamée par la majorité albanaise au Kosovo, province du sud de la Serbie.


"Le gouvernement de la Serbie ne va pas cesser de tenir les Etats-Unis pour responsables d'avoir violé le droit international et séparé une partie du territoire de la Serbie d'une manière violente", a-t-il déclaré à l'agence Tanjug.


Samardzic a rejeté les accusations de Washington qui a mis en cause les autorités serbes pour n'avoir pas protégé son ambassade à Belgrade lors d'une manifestation géante jeudi contre l'indépendance du Kosovo.


"Les Etats-Unis sont le principal coupable pour tous les troubles enregistrés depuis le 17 février" date de la proclamation d'indépendance du Kosovo, a-t-il martelé.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com