L’armée israélienne sur le qui-vive à sa frontière nord : «Nous prenons au sérieux les menaces de Nasrallah»





Le Quotidien-Agences


Moteur grondant à plein régime, un char israélien Merkava, 60 tonnes, se lance en direction d'un groupe de silhouettes suspectes qu'il arrose de ses mitrailleuses lourdes.


Si les silhouettes ne sont que des cibles de carton plantées sur la ligne d'horizon pour les besoins de l'exercice mené par l'armée israélienne, la menace d'une nouvelle conflagration à la frontière avec les forces de la milice chiîte du Hezbollah libanais est, elle, bien réelle.


"Nous avons tiré les leçons de la guerre du Liban contre le Hezbollah", dit le commandant Eldar (qui ne donne que son prénom), du bataillon de chars "Tempête" qui dirige l'exercice à munitions réelles d'un char Merkava 3.


Lors du conflit de l'été 2006 le Hezbollah avait utilisé avec efficacité contre les blindés israéliens des missiles anti-chars russes Metis-M et Kornet livrés, selon Israel, par la Syrie.


Les équipages israéliens des chars lourds Merkava, considérés comme les plus puissants au monde, avaient essuyé des pertes sévères.


"La protection du Merkava a été améliorée", dit l'officier qui commande une compagnie de chars de ce modèle.


Au début de la semaine, deux militaires israéliens ont été blessés par l'explosion prématurée d'un missile anti-char pris au Hezbolah qu'ils s'apprêtaient à tester sur un blindage de char.


L'armée israélienne a été mise au pilori pour ses échecs, dans le récent rapport d'une commission d'enquête officielle sur les ratés de la guerre de 34 jours.

Elle n'a pas été en mesure de briser l'appareil militaire du Hezbollah qui, tout au long du conflit, a tenu le nord d'Israël sous le feu de ses milliers de roquettes, contraignant un million d'habitants à se terrer dans les abris ou à fuir.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com