Politique et développement





“La méditation est un dialogue de l’âme avec elle-même”


Platon


Les Arabes ont pleuré l’Espagne musulmane sous les Omeyyades (Tolède, Séville, Cordoue …) après y avoir fait œuvre de renouveau intellectuel, scientifique et architectural qui parle de lui-même jusqu’à nos jours et ils ne sont pas les seuls sur terre à avoir souffert de la discorde engendrée par les convoitises et les cupidités d’une minorité de califes, peu formés à la chose publique.


De même, l’Hexagone a connu la guerre des religions entre frères ennemis (catholiques et protestants), et c’est la “paix des religions” conclue à Nantes en avril - mai 1598  qui mit fin au fanatisme et à l’extrémisme des uns et des autres pour sauver “l’unité et les institutions du pays” et les recherches ont démontré que quelques chevaliers de la plume travaillaient pour des mécènes riches et puissants. Sans leur protection, presque aucun des écrivains du temps n’aurait pu accéder à la renommée immédiate (1).


Il en a été de même au Nouveau Continent où l’impitoyable guerre fratricide (Nordistes contre Sudistes) a fait l’objet de nombreux films grâce à la magie de la photo, produite par cet allié puissant mais obéissant à la lettre au grand Oncle Sam, il faut nommer Hollywood.


L’histoire est un fleuve intarissable, s’accorde-t-on à dire.


Et de nos jours, après l’indépendance de toutes les colonies anglaise, hollandaise, italienne, espagnole, portugaise, française … les marchands d’armes et d’intrigues, une nouvelle race bien contemporaine, appuyés par des médias ont choisi leur camp : tuer, tuer, tuer pour dominer cette manne du ciel, le pétrole.


Cependant à ce tableau quelque peu sombre de la planète où Dame Nature veille tant sur les riches que sur les pauvres, il y a lieu, avec un  intérêt évident, de réécrire la vie bien riche et significative de ces figures emblématiques qui ont fait la “Une” à travers le monde. Faut-il citer le président américain J.F. Kennedy, le roi saoudien Fayçal Ibn Abdelaziz, le président égyptien Jamel Abdennasser, le SG de l’ONU, Dag Hammarskjoëld, le leader palestinien Yasser Arafat, Benazir Bhuto et le martyr Saddam Hussein, qui a fait en Irak de la diversité ethnique, une unité nationale prospère et paisible et le registre de nécrologie ne cesse, de jour en jour, d’être chargé, voire surchargé pour faire taire les voix de patriotisme, de l’honneur et de la vérité, lesquelles ont pu faire un mélange heureux entre “politique et développement” en dominant le sectarisme et le narcissisme.


L’ère des grandes civilisations est révolue depuis les Pharaons, les Grecs, les Romains, les Aztèques et les Incas … pour arriver à cet expansionnisme outrancier et lugubre à la fois sous couvert de reportages erronés et de satellites-espion qui font le malheur de tous : dominants et dominés.


Il faut s’arrêter à ce stade honteux de la civilisation et à cette image indigne de l’Humanité à l’orée du XXIe siècle où l’opulence est manifeste dans certaines contrées de ce bas-monde.


“De l’opulence naissent les désirs et les fantasmes”, dit-on.


Un adage latin appelle à une reprise de conscience et une réévaluation de la vie :


“Souviens-toi que tu es un Homo Sapiens et ne te laisse pas avilir”. Dont acte.


 


Mohamed Ben Brahim  - Retraité - Tunis


(1)   Cf “Historia”, janvier 1983, n° 434




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com