Affaire du groupe Affès : Mohamed Driss éventuel repreneur





La crise du groupe Affès est sur le point d’être résolue.


C’est, en effet, l’homme d’affaires Mohamed Driss qui demeure le mieux placé pour la reprise de ce groupe.


 


Tunis – Le Quotidien


Souffrant de certaines difficultés financières depuis quelques années, le groupe Affès est sur le point d’être cédé à un nouvel investisseur autre que la famille de M. Abdessalem Affès, fondateur même du groupe.


Les différents scénarios présentés pour le sauvetage de ce groupe n’ont pas donné de résultats permettant de le mettre à nouveau sur les rails afin de reprendre son développement. C’est d’ailleurs pour cette même raison que le Tribunal de Première Instance de Sfax a opté pour la reprise du groupe par un nouvel investisseur après son redressement judiciaire avec la restructuration du capital et des organes de direction.


Ainsi, plusieurs offres ont été présentées par certains investisseurs tunisiens et même étrangers pour racheter ce groupe, mais ont été retirées par la suite pour céder la place à deux principales offres restées jusqu’à présent en concurrence.


Il s’agit de l’offre de la famille Affès qui espère reprendre les choses en main et relancer de nouveau son propre groupe, et de celle de l’autre homme d’affaires tunisien M. Mohamed Driss, connu pour ses multiples investissements, en particulier dans le secteur touristique.


Les dernières informations laissent croire que ce dernier demeure le mieux placé pour la reprise du groupe Affès, d’autant qu’il bénéficie, semble-t-il, d’un certain appui de la part des autorités financières.


Quoi qu’il en soit, les jours qui viennent apporteront, certainement, du nouveau en ce qui concerne cette affaire, notamment au niveau de l’identité de l’éventuel repreneur de ce groupe.


Il importe de rappeler que le groupe Affès souffre depuis près de trois exercices de plusieurs difficultés financières avec un taux d’endettement s’élevant à quelque 200 millions de dinars.


Le Tribunal de Première Instance de Sfax a décidé, il y a près d’un an, de mettre ce groupe sous administration judiciaire et a même désigné sept administrateurs judiciaires pour prendre en charge le contrôle de la gestion du groupe.


 


M.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com