Nucléaire : Toute résolution de l’ONU serait illégale selon Téhéran





Le Quotidien-Agences


L'Iran a de nouveau jugé "illégale" hier toute nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU le sanctionnant pour son programme nucléaire controversé.


"L'examen du dossier iranien par le Conseil de sécurité de l'ONU est illégal. C'est un coup d'épée dans l'eau", a déclaré le porte-parole du gouvernement iranien, Gholam Hossein Elham, cité par l'agence IRNA.


Le vote hier au Conseil de sécurité de l'ONU sur une troisième résolution sanctionnant l'Iran pour ses activités nucléaires sensibles a été reporté à demain, selon une source diplomatique occidentale à New York.


Plusieurs capitales occidentales craignent que les connaissances acquises par l'Iran en matière d'enrichissement d'uranium ne permettent à Téhéran d'obtenir des armes nucléaires.


L'Iran, qui affirme que son programme nucléaire ne vise qu'à produire de l'électricité, rappelle qu'en tant que signataire du Traité de non-prolifération (TNP), il a droit à l'énergie nucléaire civile, qui doit lui permettre de pallier la disparition programmée de ses ressources fossiles.


"Nous insisterons sur notre recherche de l'indépendance (énergétique). Les inimitiés existent mais notre nation n'en a pas peur et ne monnayera pas son indépendance", a déclaré Elham.


Il s'en est en outre pris à Israël, exhortant l'ONU à agir contre "un régime contaminé par les armes et les têtes nucléaires".


Israël, qui n'a jamais reconnu officiellement posséder un arsenal nucléaire, comme l'affirment certains experts, est un des avocats les plus virulents en faveur de nouvelles sanctions contre l'Iran, son ennemi juré.


"Le Conseil de sécurité de l'ONU ferait mieux de se pencher sur la question cruciale du régime sioniste, qui constitue la seule menace à la sécurité et la paix mondiales", a dit Elham.


Les co-rédacteurs du texte de la résolution contre l'Iran à l'ONU (France-Grande-Bretagne-Allemagne), sont toujours en discussions avec quatre Etats membres du Conseil de sécurité (Afrique du Sud, Indonésie, Libye, Vietnam) qui ont exprimé des réticences, pour tenter de les convaincre de l'approuver, a expliqué un diplomate occidental.


L'issue d'un vote au Conseil ne fait aucun mystère puisque le projet de résolution a été approuvé par les cinq membres permanents de l'exécutif onusien, qui disposent d'un droit de veto.

Les auteurs du texte souhaitent s'approcher le plus possible d'un vote unanime, qui permet d'adresser un message politique plus fort. Les deux précédentes résolutions de sanctions à l'encontre de l'Iran pour son programme nucléaire, adoptées en décembre 2006 et mars 2007, l'avaient été à l'unanimité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com