Violences en Irak : Une vingtaine de tués, dont un haut responsable de la police





Le Quotidien-Agences


Au moins dix-neuf personnes ont été tuées hier dans deux attaques à la voiture piégée à Bagdad, et un haut responsable de la police a été assassiné dans le sud de l'Irak avec trois de ses gardes du corps. Ces attaques ont également fait des dizaines de blessés.


La violence en Irak a connu une recrudescence au mois de février mettant fin à six mois de baisse progressive mais continue, attribuée par le gouvernement irakien et le commandement américain à de nouvelles mesures de sécurité.


Hier matin, une voiture piégée garée près d'un bâtiment officiel dans le centre de Bagdad a explosé tuant au moins 15 personnes et faisant 46 blessés, selon des sources au sein des services de sécurité.


L’attaque s'est produite dans le quartier commerçant de Bab al-Mouazam, près d'un bâtiment appartenant au ministère du Travail, et des employés du ministère ainsi que des étudiants de l'université de Bagdad sont au nombre des victimes.


Auparavant, un attentat contre un barrage de l'armée avait fait quatre tués et 12 blessés dans le centre de Bagdad et détruit trois maisons proches, selon des sources de sécurité et hospitalières.


Dans le même temps, dans le sud chiïte du pays, un haut responsable de la police irakienne, l'inspecteur général de la province de Dhi Qar (sud), a été assassiné en plein centre de Bassorah, selon un porte-parole de la police.


Le convoi du colonel Qassem Obeid est tombé dans une embuscade à 10H00 (07H00 GMT) sur une rue de Bassorah, et trois de ses gardes du corps ont également été tués, selon le porte-parole, le colonel Karim Zeidi.


Selon le colonel Zeidi, l'inspecteur général, qui occupait précédemment ces mêmes fonctions dans la province de Bassorah, était venu dans la deuxième ville irakienne pour remettre officiellement ses fonctions à son successeur.


La lutte d'influence que se livrent dans le sud chiïte la puissante milice du chef radical Moqtada Sadr et l'organisation Badr d'Abdel Aziz Hakim a déjà coûté la vie à plusieurs officiels affiliés à l'un ou l'autre camp.


En outre, le commandement américain a annoncé hier avoir découvert la veille une fosse commune avec 14 cadavres près de la ville de Samarra.


Les corps avaient les mains attachées derrière le dos et une balle dans la nuque, a ajouté le communiqué militaire.


"Les forces de la coalition considèrent qu'Al Qaïda en Irak est responsable de ces meurtres", a indiqué un communiqué militaire.


Selon le commandement américain, les victimes sont des membres des services de sécurité irakiens et des groupes paramilitaires sunnites mobilisés par l'armée américaine pour combattre Al-Qaïda.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com