Nouvelle attaque meurtrière au cœur de Bagdad : La fin de l’accalmie





* Au moins 68 tués


 


Au moins 68 personnes ont été tuées dans une double attaque perpétrée dans un quartier commerçant de Bagdad, selon un nouveau bilan qui confirme une reprise des attaques de grande envergure dans la capitale.


 


Une première bombe a explosé à l'entrée de la rue Atar, une des principales avenues traversant le quartier commerçant de Karrada, dans le centre de la capitale irakienne.


Quelques minutes plus tard, un kamikaze s'est fait exploser au milieu de la foule rassemblée, selon un mode d'action régulièrement utilisé par Al-Qaïda.


Au moins 68 personnes ont été tuées par les deux explosions, a indiqué hier matin un responsable au ministère de l'Intérieur, qui a requis l'anonymat. Un précédent bilan faisait état de 54 tués et 123 blessés.


Près de 154 blessés ont été évacués vers cinq hôpitaux de la capitale, selon un décompte établi par l’AFP.


La plupart des victimes sont des membres des forces de l'ordre et des services de secours. Des femmes et des enfants figurent également parmi les morts et les blessés.


Hier matin, des employés municipaux, balai à la main, continuaient de nettoyer la chaussée des débris de l'attentat, a constaté l'AFP.


La plupart des vitrines des commerces environnants ont été soufflées par l'explosion. Une large flaque d'eau souillée, rougie par le sang des victimes, stagnait dans le caniveau.


"Le modus operandi de l'attaque correspond aux habituels modes d'action d'Al-Qaïda", a relevé la source au ministère de l'Intérieur.


Dans un communiqué publié hier, le Premier ministre Nouri al-Maliki a condamné "ce nouveau crime barbare contre des civils", sans cependant nommer publiquement l'organisation extrémiste.


Maliki a "ordonné aux services de sécurité de pourchasser et arrêter les criminels" responsables de cette attaque, selon le communiqué. Il a également souhaité que des mesures soient prises "pour garantir la sécurité" dans le quartier de Karrada et "se débarrasser du terrorisme malfaisant".


Il s'agit de la troisième attaque majeure en Irak depuis début février, alors que l'administration américaine et le gouvernement irakien se félicitaient de la baisse des violences à la suite de la mise en place du plan de sécurité à Bagdad et d'un renforcement des opérations de l'armée américaine dans le reste du pays.


Le 1er février, au moins 98 personnes avaient été tuées et 208 blessées dans deux attentats suicide perpétrés par des femmes handicapées sur des marchés animaliers de Bagdad.


Trois semaines plus tard, 48 pèlerins en chemin pour la ville sainte chiite de Karbala, au sud de Bagdad, avaient trouvé la mort dans un autre attentat suicide.


Après l'attaque du 1er février, attribuée par le gouvernement et l'armée américaine à Al-Qaïda, le double attentat de jeudi soir confirme surtout la reprise des attentats de grande envergure dans la capitale, qui connaissait depuis la fin de l'automne une relative accalmie.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com