Entrée de Tbilissi et Kiev à l’OTAN : Moscou menace…





L'ambassadeur de Russie auprès de l'Otan Dmitrij Rogosin a qualifié de "provocation" la tentative de Washington de faire entrer la Géorgie et l'Ukraine dans l'Alliance.


 


Le Quotidien - Agences


La tentative des Américains "de pousser la Géorgie dans l'Alliance est une provocation qui peut mener à un bain de sang" a estimé Rogosin, selon un article avant parution de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.


Une adhésion de la Géorgie à l'Alliance serait "la fin de la Géorgie comme Etat souverain", car Tbilissi perdrait dans ce cas définitivement ses provinces de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.


L'ambassadeur a également mis en garde contre les conséquences d'une entrée de l'Ukraine dans l'Otan, qui diviserait le pays, dont une grande partie de la population, selon lui, est opposée à une adhésion et déstabiliserait l'Europe, selon Der Spiegel.


L'Ukraine et la Géorgie doivent confirmer leur candidature à une adhésion lors du sommet de l'Alliance en avril à Bucarest, mais leurs chances d'être invitées à poser formellement leur candidature semble minces, l'Allemagne, l'Espagne, la France et les trois pays du Benelux, notamment, ayant exprimé leur "scepticisme", a affirmé un diplomate.


Deux régions séparatistes pro-russes de Géorgie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, revendiquent leur indépendance.


Au vu des différends avec Moscou sur le Kosovo et la défense antimissile, des pays de l'Otan jugent inutile d'aggraver la tension en précipitant un rapprochement militaire avec l'Ukraine et la Géorgie, que la Russie voit comme une menace de plus, selon un diplomate.


Le président russe Vladimir Poutine a justement accusé l'Otan de vouloir "remplacer l'Onu", estimant que la politique de l'Alliance atlantique ne fait qu'acroître un "potentiel de conflit", lors d'une conférence de presse.


"On a l'impression qu'il y a des tentatives de créer une organisation qui remplacerait l'Onu", a affirmé Poutine, interrogé sur la politique de l'Otan, à l'issue d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, dans sa résidence près de Moscou.


"Il est peu probable que l'humanité accepte une telle architecture des futures relations internationales et je pense que le potentiel de conflit ne va que s'accroître", a estimé le président russe.


_______________


 


Poutine aux Occidentaux : Avec Medvedev le partenariat ne sera pas plus simple


 


Le président russe Vladimir Poutine a estimé hier que le partenariat entre la Russie et l'Occident ne serait pas "plus simple" sous la présidence de son successeur Dmitri Medvedev.

"Je ne pense pas que le partenariat sera plus simple avec lui (Dmitri Medvedev)", a affirmé Poutine, lors d'une conférence de presse.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com