Trêve dites-vous ?





Les Israéliens vont-ils enfin choisir la voie de la raison ? La question se pose après que Tel-Aviv semble avoir accepté une trêve tacite depuis quelques jours avec le Hamas en vue d'un possible accord de cessez-le-feu par l'intermédiaire de l'Egypte.


Ces dernières 72 heures Israël, a suspendu ses raids et les groupes armés palestiniens ont quasiment cessé leurs tirs de roquettes. Nous sommes loin dans ce contexte des tueries de la semaine dernière quand les opérations israéliennes à Gaza faisaient plus de 130 morts.


Israël aura-t-il compris que ces massacres ne mèneront à rien, mais qu’au contraire ils renforcent la détermination de la résistance légitime des Palestiniens qui ont donné un aperçu de leurs capacités au cœur même d’Israël lors de l’opération martyre à Al Qods jeudi dernier. D’ailleurs, et selon certains analystes, ce n’est pas un hasard si cette accalmie côté israélien coïncide avec cette opération.


Israël aura-t-il compris qu'une telle trêve renforcerait l'Autorité palestinienne, alors que l'escalade de la violence l'affaiblissait ? La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice avait, semble-t-il, lâché du lest au début du mois sur l'idée d'une trêve entre Israël et le Hamas au cours de sa tournée au Proche-Orient, afin de relancer les négociations de paix suspendues par les Palestiniens.


Le président palestinien Mahmoud Abbas avait affirmé qu'elle avait donné son accord à des tractations en ce sens par l'intermédiaire de l'Egypte.


Israël aura-t-il compris tout cela ? Nous l’espérons, même si le scepticisme est de mise. Le gouvernement sioniste n’en est pas, en effet, à sa première manœuvre dilatoire.


D’ailleurs, et pour qu’on ne se leurre pas trop, le Premier ministre israélien a aussitôt minimisé hier l’importance de cette trêve tacite en assurant qu'aucun accord de cessez-le-feu n'avait été conclu avec le mouvement palestinien Hamas. « L'armée a toute liberté pour agir à Gaza à tout moment sans une quelconque limite», a-t-il précisé, freinant ainsi les ardeurs de tous ceux qui pouvaient espérer l’arrêt du bain du sang quotidien que subissent les civils à Gaza et dans les Territoires occupés en général.


Ehud Olmert a donné en même temps son feu vert à la  construction de centaines de nouveaux logements dans la colonie de Givat Zeev, au nord-ouest d’Al Qods au risque de nuire aux chances de reprise des négociations de paix avec les Palestiniens suspendues après une offensive meurtrière israélienne à Gaza.


Une décision qui a été critiquée un peu partout hier dans le monde, à l’exception des Etats-Unis bien sûr, et qui prouve une fois pour toutes que la paix avec entre les Palestiniens et les Israéliens n’aurait probablement jamais lieu et que cette «trêve» n’était qu’une petite fleur faite aux Américains, après la visite de Rice. Un petit intermède en somme avant la reprise des tueries à coup accélérés et c’est là où réside le danger qui guette toute la région.


 


M.A.B.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com