C.S.H.L. : Attention à la «bête blessée» !





Les Hammam-Lifois ont frôlé la crise suite à leur défaite face au CA, mercredi dernier. Mais Mongi Bhar a su colmater les brèches. Mieux encore, il a réussi à rassembler tous les supporters autour de leur équipe.


 


Et c’est en bloc soudé que les vert et blanc effectueront leur déplacement à Bizerte. Les joueurs semblent avoir évacué déception et stress pour se concentrer sur le match d’aujourd’hui. «Je sens mes coéquipiers très motivés, «méchants» et décidés. Nous ferons un grand match à Bizerte. On ira la chercher, cette victoire, avec la tête, les jambes, le cœur, les tripes….Nous avons une obligation de résultats et nous serons au rendez-vous», martèle Helmi Ben Miled.


Habib Mejri, de son côté, a insisté sur les balles arrêtées éventuelles clefs du match. Toutefois, l’entraîneur hammamlifois devrait se passer d’Evans, souffrant. Une absence qui ne perturberait pas trop les dessins de Mejri. Evans n’était vraiment pas au mieux de sa forme lors des derniers matches d’une part, et, d’autre part Marzouki et Ghariani ont purgé leur suspension. Les banlieusards évolueront donc en 4-4-2 permettant à Harrane d’avancer d’un cran et de peser plus sur la défense cabiste dans sa zone.


Ce schéma tactique risque de coûter sa place à Naouas , qui serait suppléé par Bargougui.


Formation probable


Zouabi – Ben Miled – Cherif – Cissé – Gassouma – Bargougui – Messaoudi – Ben Chouikha – Harrane – Ghariani – Ben Ouannès.


 


M.J.


____________________


 


Branle bas de combat !


 


L’alarme  a sonné du côté du Boukornine. Les supporters ont désavoué haut et fort les choix de Habib Mejri à la suite de leur rencontre face au CA.


 


Certains d’entre-eux ont même demandé au président du club, Bhar, de chercher un nouvel entraîneur. Bref, la situation est vraiment critique. Face à cette gronde, le président hammamlifois a préféré agir calmement en essayant d’associer les compétences - en qui il croit - pour chercher la solution idoine qui permettrait aux «Cyclamen» d’assurer leur maintien.


Ainsi, les Mohieddine Baccar, Maouia Kaâbi, Khaled Hosni, Hichem Chebbi, Fadhel Hamza et autres Arbi Guerfali et Habib Mejri ont eu à débattre ouvertement et sans a priori de l’immédiat des Vert et Blanc. Les décisions ont donc été bien réfléchies et quasi-unanimes.


-Assurer un meilleur encadrement de l’équipe première. A ce titre, Mounir Androus cédera sa place à tous les dirigeants précités qui se sont engagés à entourer les joueurs de toute la sollicitude requise pour leur permettre d’aborder la suite du championnat dans les meilleures conditions (morales!).


-Habib Mejri, de son côté, révisera ses choix et sa stratégie pour permettre à tous les joueurs d’avoir leur chance et d’opter pour une tactique moins «frileuse» et plus hardie.


Cette démarche du président hammam-lifois a eu pour effet de tempérer les ardeurs des supporters en un premier temps, puis en un deuxième de sceller un franc rassemblement autour du club en cette difficile période. «Nous nous devions de rassurer nos supporters, de leur montrer qu’on est toujours à leur écoute et que leurs avis sont toujours pris en compte».


Espérons, pour le bien de cette illustre institution qu’est le CSHL, que cette union sacrée autour du club porte vite ses fruits.


Mondher JEBENIANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com