Un quartier urbain en détresse





Occupant une position stratégique dans les grandes agglomérations périphériques de la Médina, El Hafsia, site névralgique d’activités commerciales est devenue aussi une cité résidentielle depuis de nombreuses années.


Ce qu’il faudrait signaler à cet égard s’est que ce quartier jadis vétuste et hideux a été complètement rénové et réhabilité dans une architecture d’avant-garde. Aussitôt l’aménagement achevé, les espaces publics d’El Hafsia ont été envahis par un Souk hebdomadaire de marchandises qui s’y installait chaque dimanche dans une cohue vociférante  perturbant la quiétude des citoyens résidents du quartier. Cette invasion qui présentait des inconvénients à bien des égards et qui avait donné lieu à l’occupation anarchique, incommode et particulièrement bruyante des lieux avait incité les autorités publiques suite aux plaintes collectives à faire transférer le souk en question dans un endroit plus approprié.


Ce fut un véritable soulagement pour les résidents débarrassés ainsi d’une nuisance urbaine de proximité. Quelques mois plus tard, comme si un discrédit s’était abattu de nouveau sur ce quartier, des étalages en positions disparates surchargés d’articles vestimentaires de friperie accaparent au quotidien dans une attitude d’anarchie et de désordre inextricable tous les circuits piétons. De surcroît, ces vendeurs transgressent dans la désinvolture les espaces qu’il se sont appropriés .D’autre part, hormis la persistante nuisance quotidienne, El Hafsia abrite dans l’un de ses coins, une station de charges ordurières provenant du souk local. Cette autre nuisance d’un caractère hideux affectant l’esthétique du quartier et incommodant les résidents, représente une infrastructure totalement anachronique avec l’écologie urbaine moderne.


Pour s’opposer à toute dégradation de ce centre névralgique qu’on avait jadis si joliment réhabilité, nous lançons un appel aux autorités concernées pour que d’abord le commerce parasite, encombrant de la “fléofriperie” soit écarté des lieux devenus étouffants. Ce même appel s’adresse aussi aux responsables écologiques pour une initiative louable d’éradication du point noir relatif aux dépôts d’ordures, un espace vert de substitution soit aménagé pour apporter un peu d’oxygène et de verdure à cette agglomération qui en manque cruellement. A cet égard, il y a lieu de souhaiter que ces appels soient pris en considération pour que ce quartier résidentiel victime de multiples nuisances n’aurait plus à souffrir d’encombrement, de désordre et d’étouffement et qu’une vie citadine autant paisible qu’harmonieuse y soit durablement instaurée.


 


Rejeb DHAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com