Rice et Gates à Moscou : Les dossiers de la discorde au menu





La secrétaire d'Etat Condoleezza Rice et le secrétaire à la Défense Robert Gates ont rencontré le président russe Vladimir Poutine et son successeur Dmitri Medvedev hier au Kremlin pour faire le point sur une série de contentieux avant le sommet de l'Otan.


 


Le Quotidien-Agences


Les deux responsables, arrivés à la mi-journée à Moscou, effectuent cette visite dans un double contexte : la prochaine arrivée au pouvoir de Medvedev, dont ils veulent prendre la mesure, et le sommet de l'Otan début avril qui pourrait donner lieu à de vifs échanges avec la Russie.


Rice et Gates espèrent rallier Moscou à leurs propositions sur le projet de bouclier antimissile américain en Europe (Pologne et République tchèque) auquel la Russie reste farouchement opposée. Washington affirme pour sa part que ce bouclier est destiné à parer une éventuelle attaque de pays "voyous" comme l'Iran et ne vise absolument pas la Russie.


Cette visite  est destinée à "voir si nous pouvons clarifier et développer certaines idées que nous avons mises sur la table lorsque nous étions à Moscou la dernière fois" en octobre 2007, a expliqué vendredi Rice, en ajoutant qu'il n'y aurait pas de nouvelles propositions.


Les Etats-Unis avaient alors proposé de "retarder" la mise en service des sites (radar et base de missiles antimissiles) jusqu'à preuve définitive de la menace iranienne et d'y stationner des inspecteurs russes. La Russie s'est montrée jusqu'ici peu convaincue par ces propositions.


Dans l'avion le conduisant à Moscou, Gates a estimé que Moscou devait faire un effort pour trouver un accord autour du projet de bouclier.


"Nous avons mis beaucoup sur la table, mais le temps est venu pour eux de faire de même", a-t-il dit. "Mme Rice et moi-même espérons faciliter les choses en venant à Moscou, plutôt que de faire venir nos homologues à Washington", a-t-il dit.


Si cette visite laisse espérer peu de percées sur les dossiers qui fâchent, notamment le bouclier, elle permettra de prendre la température alors que Medvedev doit prendre ses fonctions le 7 mai et de préparer le sommet de l'Otan à Bucarest du 2 au 4 avril, auquel Poutine doit participer.


Le président russe dénonce régulièrement l'élargissement de l'Otan et le projet de bouclier américain. En octobre 2007, il avait battu froid Rice et  Gates lors d'une rencontre similaire à Moscou en menaçant d'abandonner le traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI), un accord majeur hérité de la Guerre froide, si Washington persistait dans son projet de bouclier.


Depuis, la Russie et les Etats-Unis n'ont guère avancé sur ce sujet. Moscou a cessé en outre d'appliquer le traité sur les Forces conventionnelles en Europe (FCE), autre texte clé sur l'équilibre militaire du Vieux Continent.


Soufflant le chaud et le froid, la Russie se montre aussi prête à des compromis avec l'Otan, tout en démentant vouloir les monnayer par un gel de l'expansion de l'Alliance, notamment en Géorgie ou en Ukraine.


Un accord, permettant aux pays membres de l'Otan d'utiliser l'espace aérien et le territoire russes pour transférer du matériel vers l'Afghanistan, pourrait ainsi être signé au sommet de Bucarest.


La presse russe s'est aussi faite l'écho d'un possible accord entre Moscou et Chisinau sur la Transdniestrie, territoire séparatiste pro-russe en Moldavie. Cette région rejoindrait ainsi le giron de la Moldavie qui, en échange, s'engagerait à ne pas entrer dans l'Otan.


L'avenir du Traité de réduction des armes stratégiques (Start), avant son expiration fin 2009, devrait également être discuté.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com