Youssef Zouaoui : «Les critiques de certains de mes collègues m’ont fait du mal»





Autant Zouaoui était ravi après le succès face à EGSG, obtenu avec un onze remanié à 80%, autant il était encore très touché par les critiques qui ont suivi le revers face au leader étoilé.


 


En fin de compte, le match face à EGSG a été plus facile que prévu, n’est-ce-pas?


Je ne partage nullement votre avis. Evoluer à huis clos, livrer un troisième match en huit jours et aligner huit nouveaux joueurs par rapport au dernier match ne constitue jamais une sinécure Il fallait faire des choix et espérer que la suite sera favorable. C’était cette fois-ci le cas et tous nos objectifs ont été atteints, Dieu merci. On a cherché la fraîcheur physique et mentale et le résultat ne s’est pas fait attendre. La bonne première mi-temps nous a donné raison. Il y a eu un bon volume de jeu et beaucoup d’application.


 


Qu’est-ce qui a manqué alors ?


Que l’équipe évolue sur le même rythme pendant quatre-vingt-dix minutes. Après la pause, il y a eu seulement de la gestion du temps et du score.


 


Quelles sont vos impressions à propos des joueurs titulaires pour la première fois?


C’est une preuve que les vingt-cinq joueurs qui forment l’effectif sont de valeur égale. C’est une stratégie mise en place et on doit la respecter. Chaque joueur à l’Espérance peut prétendre à une place de titulaire s’il est performant.


 


Ne croyez-vous pas que la défaite face à l’Etoile vous ait poussé à opter pour cette stratégie?


Croyez-moi, je n’ai jamais changé d’option et ce n’est pas un revers face à l’ESS qui va changer la face du monde. Et puis, les vingt-cinq premières minutes, il n’y avait pas d’Etoile sur le terrain. Le premier but encaissé l’était suite à un dégagement du gardien adverse. Deux erreurs individuelles dans les trente premières minutes ont changé bien les choses. Mes choix étaient justifiés et les critiques acerbes    faites par les collègues à mon égard m’ont fait mal. Le match suivant à Gabès était beaucoup plus difficile et nous avons gagné. En tout cas, les chiffres sont éloquents, l’Espérance a aligné sept succès en sept matches lors de la phase retour. La rencontre contre l’ESS faisant partie de l’aller.


 


D’aucuns continuent à vous reprocher le fait d’aligner côte à côte Badra et Chaâbani, deux éléments au même profil et peu complémentaire, un commentaire?


Cette paire de défenseurs centraux a donné satisfaction à plusieurs reprises. Leur métier est d’un apport certain. Cela dit, il ne seront pas toujours côte à côte. Leur présence dépendra de l’adversaire et des circonstances des matches. Voilà tout.


 


Samedi, l’Espérance aura à renouer avec les joutes africaines au Maroc face à Rached Barnoussi, un illustre inconnu. Comment se présente pour vous cette première manche ?


S’agissant d’un match en déplacement, il faudra l’aborder avec beaucoup de concentration même si l’adversaire ne possède pas de références sur le plan africain. Je sais qu’il s’agit d’un club formateur, qui joue sans pression. Et comme on veut aller le plus loin possible dans cette compétition, il nous appartient de réussir impérativement cette première sortie.


 


Propos recueillis par


Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com