Indépendance et jeunesse





Tout ce qui fait notre appartenance à la Communauté internationale est désormais conjugué à la mondialisation, nous poussant à des interrogations sur notre indépendance, comme tous les autres pays du monde. Les vingt années qui viennent de s’écouler nous ont permis d’avoir les idées claires pour décider des choix fondamentaux qui sont aujourd’hui les nôtres. Car nous avons tous des devoirs les uns envers les autres et particulièrement envers nos jeunes pour les aider à assumer leurs responsabilités au sein de leur entreprise, leur famille, leur pays. Car nous avons plus que jamais besoin de nous identifier au sens même du patriotisme pour donner à tout cela une cohérence et une cohésion.


Pour le Président Ben Ali, tous ces traits de premier plan qui sont autant de vecteurs-force de notre pays ont été traduits depuis des années en principes d’action puis en réformes, puis en programmes innombrables qui ne laissent nulle place où la main ne passe et repasse. C’est ce qu’il appelle son Programme d’Avenir.


Tel le champ du laboureur de La Fontaine, la Tunisie s’est mobilisé pour tout défricher et exhumer le trésor promis qui provient de notre propre labeur. Et c’est la première signification de l’Indépendance ; celle de s’assumer. Croire de toute notre âme que réfléchir et agir nous portera vers les premiers rangs au sein de la Communauté internationale. Parier sur les chères têtes brunes, leur permettre les meilleures études conjuguées à la demande du marché du travail, les encourager à cette indépendance particulière qui consiste à créer leur propre entreprise, leur donner le temps de prendre de l’assurance, leur faire confiance, leur laisser le loisir de nous étonner…


Assurer tout cela à nos jeunes est, bien sûr, une garantie d’indépendance, un pari sur ces énergies internes qui ne sont rien d’autre que des passerelles vers l’avenir. Interrogez tous ceux qui ont participé aux débats de la Consultation nationale sur la jeunesse et ils vous confieront leurs souvenirs émus de voir ces jeunes si attentifs, si engagés, si enclins aux échanges. Par leurs espoirs, comme par leurs doléances, ils ont apposé une empreinte profonde sur les recommandations de cette Consultation qui sont devenues des politiques et des décisions.


Beaucoup a été fait, c’est indéniable. Mais, pour que ne persiste pas le moindre doute dans les esprits sur la volonté nationale de permanence, beaucoup reste à faire car «Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire», comme dit La Fontaine. Notre mobilisation à tous doit se poursuivre inlassablement pour préserver ce que nous avons si durement construit et ouvrir de nouvelles brèches dans la carapace de la mondialisation pour parvenir à garder notre indépendance et l’énergie vive de nos jeunes.


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com