Exposition : «Rouge et Noir» attire le regard et l’esprit





Au Violon Bleu de Sidi Bou Saïd, le paysage s’est paré depuis le 28 février dernier d’une soutane d’art toute en Rouge et Noir (nom de l’expo) et il n’a encore pas changé de couleurs. Jusqu’à nouvel ordre de Madame la galeriste, Essia Hamdi, actuellement à Dubaï. Où elle a occupé un petit carré dans les pavillons de la deuxième Foire internationale d’arts contemporains qui se tient du 19 au 22 mars 2008. Suivez les rayons d’un regard exerc酠


 


L’idée de ce Rouge et Noir n’est certainement pas un jeu de hasard pour la galeriste. Qui, à la fac, a fait des grandes études littéraires et qui affectionne pour toujours la langue de Molière. Le Stendhal de la France du XVIIIe et du XIXe siècles l’a certainement touchée par Le Rouge et le Noir qui continue à lui chuchoter des choses. A preuve : les quelque deux décennies ou plus depuis qu’elle a lu ce volume de belles lettres et élégant d’esprit, ne lui ont pas fait oublier ce titre au thème extrait du tréfonds de la vie.


Des hauteurs de la place Sidi Hassine où elle invite souvent les grands noms de la peinture à exposer leurs œuvres dans son Violon Bleu, ouvert sur la colline de Sidi Bou Saïd, en 2004, l’idée de revisiter, à sa manière, ce roman culte l’a toujours démangée et lui a effleuré l’esprit. Jusqu’au jour où elle a pu ramasser le lot qu’il faut pour le mettre sur les cimaises de sa galerie. Et c’est un joli festin d’expressions regroupant les récents travaux de Abderrazak Sahli, Adel El-Siwi, Arman, Farid Belkahia, Hamadi Ben Saad, Sabhan Adam, Sonia, Delaunay, Sosno, Tahar Mgadmini, Rafik El Kamel et Zoubeida Daghfous (la liste est par ordre alphabétique et non de mérite).


Les uns sont Tunisiens. Les autres nous viennent du Maroc, de Syrie, d’Egypte, d’Espagne et d’ailleurs…


Au rez-de-chaussée, comme au premier étage et dans le petit balcon du Violon Bleu, on caresse du regard ce travail de fond sur toile, sur de la céramique, sur de la gravure, sur de la peau, sur de la pierre ou encore orchestré dans des installations et des mises en scène. Tout un travail sur ces deux couleurs fétiches et symboliques.


Et c’est tout  naturel quand il y a la touche des maîtres. Car on n’est pas avec  n’importe qui, s’il vous plaît ! On est en bonne compagnie avec notamment les ténors de l’art de chez nous et d’autres cieux. Et qui se sont, entre autres, exprimés dans ces deux couleurs de flamme et de passion. Mais à chacun sa propre vision et sa propre écriture. En un mot, son travail et son espace qui font sa singularité dans l’aquarelle des sensibilités.


Il y a ceux qui ont tapissé leur support avec des couleurs et des personnages gais, amusants et amusés. D’autres ont joué sur la profondeur de leurs idées où il faut creuser dans les méandres des symboles. Et d’autres ont puisé de très loin leur traversée en vidant de l’intérieur du mental et de la moelle épinière plein de choses. Des carrés, des arcades, des coupoles de seins et d'esprits sains. Des portraits bizarroïdes. Des choses qui se composent et se décomposent, qui se font et se défont et qui bougent, incontrôlables, bavant au-delà des pourtours, sur les bas-côtés des œuvres et qui font monter la tension des temps du monde sur la barre du Rouge et Noir.


Une incroyable charge de mouvements surréalistes qui se baladent avec beauté. Beaucoup de beauté. Mais qui dégagent aussi de l’air pur et moins pur. Qui convulsent, qui inspirent et qui expirent. Qui respirent le beau et le mauvais temps. Et toujours en pointillés et en taches, noyés dans le rouge et noir. Comme dans une balade des amoureux, des gens heureux et moins heureux. Des créatures éprouvées et d’autres moins. Les unes teintées de rouge sang. Les autres baignent dans l’encre noire. Les unes perdues et les autres bousculent les nerfs de la sensation. Mais de ces couleurs sinistrées et qui se cherchent, se profile un rai d’espoir, et jaillit la fleur de la passion. Qui annonce le printemps avec ses fruits et ses parfums ensoleillés. Et l’annonce est bien en poésie.


 


Zohra ABID




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com