Sahbi Sidhom Enseignant à l’université de Nancy et Chercheur au laboratoire Loria : L’outil doit servir l’homme….





Sahbi Sidhom est co-président de la Conférence Internationale sur les Systèmes d’Information et d'Intelligence Economique avec M. Melek Ghnima, le directeur de l’ESCE : l’Ecole Supérieur de Commerce Electronique à l’Université de la Mannouba de Tunis.


 


Les problématiques présentées dans ce séminaire sont multiples, quel est le principal axe thématique qui a suscité votre intérêt ?


Sahbi Sidhom : Tout d’abord, l’objectif de la conférence c’est de réunir les enseignants, c'est-à-dire les universitaires et les praticiens dans les systèmes d’information et d’intelligence économique, c’est à la fois une rencontre entre les chercheurs seniors et juniors et également une rencontre entre les petits chefs d’entreprise et les grands chefs d’entreprise, donc c’est une sorte d’harmonisation entre la pensée pratique et la pensée en théorie.


 


Et pour les axes secondaires ?


Pour les axes secondaires, j’espère que l’esprit tunisien est toujours innovateur . Il n’y a pas, dans le monde, encore une conférence internationale qui a réuni autant de chercheurs pluridisciplinaires. Et de nos jours, la science n’est plus uniforme mais plutôt complexe, connexe avec d’autres domaines scientifiques.


 


Pensez-vous que le séminaire puisse apporter des éléments de réponse aux questions posées ?


La question m’a été posée de manière indirecte par un chef d’entreprise. Devant la qualité de la conférence, en terme d’enjeu, d’idées et surtout l’esprit jeune qui a été évoqué par les présentations, par les séminaires dans les cessions plénières et par les débats confronté à une nouvelle forme d’expression qui est au delà de ce qui a été présenté ou bien enseigné, donc on est confronté à la fois à un sujet complexe pluridisciplinaire et à un esprit jeune qui s’exprime autrement scientifiquement.


 


Et d’après vous, ces réponses seront de quelle nature ?


Les réponses sont sur deux plans :


Le premier est relatif à la fois aux pensées et aux projets qui convergent vers des théories et à la fois vers des idées pratiques parce que concevoir un système d’information ce n’est pas pour le chercheur lui-même mais pour que l’entreprise puisse l’utiliser. Le second tourne autour de la pensée pour la conception des systèmes d’information qui doit être révisée sur le plan stratégique : C’est que le besoin n’est plus un besoin simple des outils mais aussi un besoin stratégique pour que l’outil serve l’homme et non plus l’homme se sert de l’outil.


 


Aïda CHERIF




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com