Les eucalyptus de Menzel Bourguiba : Massacre à la tronçonneuse !





A Menzel Bourguiba, les eucalyptus qui remontent à l’époque coloniale semblent inutiles selon la municipalité qui a décidé de les raser.


 


Tunis - Le Quotidien


Dans un pays qui consacre une journée à l'arbre, certains élus n'ont pas l'air de respecter l’arbre et de le préserver. C’est du moins le cas à Menzel-Bourguiba et à Tinja où les municipalités des deux villes limitrophes ont convenu de raser les arbres de la ville… et pour quelle raison : ils sont vieux et représentent un danger.


Or, à Menzel-Bourguiba, les arbres font partie du patrimoine. Ils sont l’une des vraies richesses de cette ville vieille de très nombreuses années et remontent à l'époque coloniale. Ces arbres constituent, en l’occurrence, une véritable fierté pour Menzel. Car, certes, ils relèvent incontestablement des aspects esthétique et environnemental mais ils procurent de l'ombre en été.


Ces arguments ne semblent pas assez convaincants pour préserver ces arbres. A priori, l’autorité municipale a mis en place un plan «ambitieux» non pas de protection mais d’extermination de ces arbres… afin de pallier le danger qu’ils génèrent… à la grande surprise de plusieurs habitants de Menzel qui ont grandi dans cette ville ouvrière où ces arbres font partie intégrante de son patrimoine et son style architectural colonial on ne peut plus décoratif. 


D’ailleurs, la question qui s’impose d’elle-même, est de savoir de quels dangers parle-t-on ? Est ce qu’on craint les chutes de branches au cas où les arbres seraient mal taillés et mal entretenus ? Ou alors craint-on les accidents pour les véhicules ? Mais on ne résout jamais un problème au détriment de l’environnement. Ce serait la pire des solutions, surtout que les véhicules peuvent tout simplement percuter quand même les poteaux et les murs. Que faire dans ce cas ? Ne faudrait-il pas démolir ces derniers pour éviter le danger aussi ?


N’en déplaise à certains, quelques citoyens de la ville se sont mobilisés contre cette offensive municipale. Sur la route de Guengla, qui est une région emblématique, les eucalyptus du siècle dernier font encore partie du décor grâce à la résistance farouche d'un habitant… qui a décidé de protéger bec et ongles ce qui fait jusqu’à ce jour le charme de Menzel-Bourguiba et plus précisément de la localité de Guengla. Mais jusqu'à quand cet habitant pourra-t-il tenir le coup? D’autant plus qu’il s’agit d’une goutte d’eau dans un océan car la plupart des habitants n’osent pas réagir.


Pour preuve, récemment c'est la rue Sahnoun qui a vu ses arbres rasés. Dans cette rue, deux écoles primaires, un collège et un jardin d'enfants par où la majorité des Menzeliens sont passés sont désormais acculés à supporter ce spectacle désolant. Mais ce qui est encore pire, c’est que les pauvres bouts de choux vont bronzer rapidement dès les premières chaleurs du printemps et seront contraints eux aussi à s’adapter aux atteintes à l’environnement, au lieu de leur apprendre d’autres réflexes plus utiles et plus respectueux de la nature.


Rue Ksar Hellal, la tronçonneuse est passée par là aussi ! Le silence aidant, ce massacre n’est pas en passe de prendre fin.


Et c’est tout à fait dans cet ordre d’idées «noires», que la municipalité de Tinja a procédé à un massacre à la rue Adib Enajai. Sans parler de tous les eucalyptus arrachés il y a quelques années sur la route Tinja-Sidi Hassoun en direction de Bizerte.


Pourtant, les conseils municipaux des deux villes ont normalement beaucoup d’autres chats à fouetter. Ils devraient, en effet, se préoccuper de l'état déplorable des routes, de la saleté galopante, des décharges sauvages, etc. Mais malheureusement, ces opérations ne rapportent rien aux caisses de la municipalité, contrairement au bois d'une telle qualité et en aussi importante quantité. Il y a de quoi en tirer un beau pactole !


 


Maryem KADA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com