Prix RTL- Lire 2008 : Entre deux sons de cloche





Avec «Le village de l’Allemand», l’écrivain algérien Boualem Sansal a remporté le grand prix RTL- Lire. Un ouvrage bien accueilli du côté des Français, boudé en Algérie !


 


Le prix RTL- Lire 2008 est venu à temps pour l’écrivain Boualem Sansal qui risque de perdre l’espoir après les critiques acerbes qu’a confronté son «Village de l’Allemand» depuis sa sortie. Acclamé par la presse française, rejeté par la presse algérienne, ce nouvel ouvrage de Boualem Sansal a ouvert mille et une polémiques. Publié chez Gallimard, «Le village de l’Allemand ou le journal des frères Schiller» a été sélectionné parmi toute une série qui comprenait «Beau rôle» de Nicolas Fargues, «La délégation norvégienne» de Hugo Boris, «Journal» de Hélène Berr et «Vie et mort d’Edith Stein» de Yann Moix. Dans «Le village de l’Allemand», Boualem Sansal raconte «l'histoire de deux frères d'origine algérienne, élevés dans une banlieue française par un oncle, qui vont découvrir le passé terrible de leur père. Officiellement ancien combattant du FLN, il était en réalité allemand, ancien officier SS réfugié en Algérie», lit-on dans le petit résumé de ce livre qui  confirme de plus en plus le grand talent de Boualem Sansal qui est venu à l’écriture grâce à l’encouragement de son ami l’écrivain Rachid Mimouni. Ingénieur de son état qui a déjà à son compte un doctorat en économie, enseignant à l’université, chef d’entreprise et haut fonctionnaire, cet écrivain a publié son premier roman «Le serment des barbares» en 1999, chez Gallimard. Un livre qui a été bien salué par la critique mais qui a valu à son écrivain son poste de travail. Guidé par cet amour fougueux pour l’écriture, Boualem Sansal n’a pas baissé les bras et c’est avec «Harraga» son 4e roman que la reconnaissance a été rendez-vous.


Mais avec «Le village de l’Allemand», les choses sont encore floues du côté de son pays natal. «Je pensais que mon livre serait utile là-bas, qu’il ouvrirait le débat. Au lieu de quoi, je suis accusé d’être manipulé par les Occidentaux, d’apporter une caution internationale à Israël ou encore de relayer la propagande de Sarkozy qui reçoit Shimon Peres. Je me fais même traiter de fou…» a souligné cet écrivain algérien dans une interview accordée à la revue «Lire» suite à la cérémonie de remise du prix RTL- Lire 2008.


 


I.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com