Poutine tire à boulets rouges sur l’OTAN





* «Il faut sortir l’Iran de son isolement»


 


Le Quotidien-Agences


Le président russe Vladimir Poutine a vivement accusé les dirigeants de l'Otan de vouloir étendre leur alliance à l'Est sans prendre en compte les intérêts de la Russie, lors d'une rencontre avec l'Otan hier à Bucarest.


"Il a parlé de la politique d'élargissement de l'Otan et il a dit que malheureusement on demande au fond à la Russie de regarder ce processus sans que les intérêts de la Russie soient pris en compte", a indiqué un haut responsable russe, qui a refusé d'être identifié.


"L'Otan ne peut pas garantir sa sécurité aux dépens de la sécurité des autres", a insisté Poutine, selon ce responsable.


La Russie a été irritée par la promesse formelle que le sommet de l'Otan réuni dans la capitale roumaine a faite jeudi à l'Ukraine et à la Géorgie de pouvoir entrer un jour dans l'alliance militaire occidentale, avait expliqué un peu plus tôt le directeur de la coopération européenne au ministère russe des Affaires étrangères Serguei Riabkov.


Il avait prévenu que le président russe parlerait fermement sur le sujet.


Vladimir Poutine a aussi accusé certains pays de l'alliance militaire occidentale d'avoir diabolisé la Russie, sans égard pour sa contribution à la fin de la Guerre froide.


"Certains sont allés jusqu'à une totale diabolisation de la Russie et ne peuvent toujours pas s'en empêcher. Certains ont commencé à parler d'ambitions impériales", a poursuivi Poutine, selon le responsable.


Le président russe, qui était un officier du KGB en Allemagne de l'Est durant la Guerre froide, a souligné que son pays s'était retiré pacifiquement d'Europe de l'Est après la chute de l'Union soviétique. Il a dit qu'il attendait "bien sûr quelque chose en retour". "Mais cela n'est pas arrivé", a déploré Poutine.


Vladimir Poutine a cependant affirmé qu'il était prêt à revenir au traité de désarmement sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), moyennant des concessions occidentales.


"Nous sommes prêts à revenir au traité mais nous attendons que l'Otan fasse aussi un pas", a-t-il dit.


La Russie a cessé le 12 décembre d'appliquer le traité FCE, une des clés de voûte de la sécurité sur le Vieux continent depuis la fin de la Guerre froide, et qui a limité en 1990 les armements de l'Atlantique à l'Oural.


Moscou a expliqué sa "suspension" du traité FCE par le refus des pays de l'Alliance atlantique de ratifier la nouvelle version du traité tant que la Russie n'aurait pas retiré ses troupes de Géorgie et surtout de la région de Transdniestrie, en Moldavie.


Le président russe a encore critiqué la politique américaine envers l'Iran et a appelé les pays occidentaux à sortir l'Iran de son isolement.


"Personne ne peut sérieusement penser que l'Iran oserait attaquer les Etats-Unis", a déclaré Poutine.


"Au lieu d'acculer l'Iran, il serait beaucoup plus intelligent de réfléchir ensemble à la manière d'aider l'Iran à devenir plus prévisible et transparent", a ajouté le président russe, toujours cité par un haut responsable russe.

Vladimir Poutine a choisi les dernières semaines de sa présidence pour assister personnellement au Conseil Otan-Russie, bien que ce forum associant l'Otan et la Russie existe déjà depuis 2002.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com