La main dans la main !





En affirmant, encore et toujours, qu’elle a choisi de s’arrimer définitivement aux économies les plus développées, la Tunisie embrasse du regard l’Union Européenne avec laquelle nous ne partageons pas seulement les sacro-saints piliers de la stabilité, de la prospérité et de la sécurité mais aussi une foule impressionnante de valeurs et de convictions.


Le rythme imprimé à notre pays par le Président Ben Ali est même allé crescendo pour rejoindre les standards européens. Nous prenons très au sérieux l’attribut de partenaire de ce regroupement régional qui est l’un (sinon le) des plus dynamiques sur la planète. Sans qu’il y ait obligation explicite, nous avons ainsi commencé depuis bien des années à considérer les facteurs de convergence européens en matière macro-économique comme un minimum à adopter. Nous avons également considéré avec une absolue sincérité tous les programmes de soutien (notamment au sein des moutures MEDA) auxquels nous avons présenté une constante faculté d’absorption (en gros, la capacité à présenter des projets face aux financements).


L’Union Européenne a été invariablement sensible à cette attitude et ce n’est d’ailleurs pas sans raison qu’elle nous a proposé de passer au stade supérieur de cette coopération ; la politique de voisinage qui, en vérité, n’est pas très éloignée du statut de membre de l’UE à part entière.


Et c’est de tout cela qu’un rapport de l’Union vient de rendre compte, affirmant clairement que la Tunisie a réalisé des avancées remarquables au sein de ce partenariat, allant jusqu’à attester, sans la moindre ambiguïté, que notre pays est le partenaire qui a le plus avancé dans la réalisation de l’accord d’association.


La responsable des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage a même tenu à souligner, à l’occasion de la parution de ce rapport : ‘‘Nous travaillons main dans la main avec la Tunisie…’’ pour signifier tout ce que cette relation d’égal à égal a d’important pour l’Union.


Il faut dire que l’année 2007 a été particulièrement féconde puisqu’elle a enregistré une impulsion du dialogue et des négociations dans les domaines socioéconomiques, un plus grand engagement de l’UE dans le soutien des réformes dans les secteurs de l’éducation, la santé, l’emploi et la lutte contre la pauvreté.


C’est donc ainsi que, la main dans la main, la Tunisie et l’Union Européenne se préparent à l’échéance capitale de 2010 avec la cristallisation de la zone de libre-échange euroméditerranéenne qui se veut une consécration de l’accord d’association et de libre-échange.


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com