Le devoir de mémoire





La Tunisie commémore aujourd’hui comme tous les ans, dans le recueillement, la fête des martyrs. C’est une date mémorable dans l’histoire du mouvement national, qui nous invite  à manifester toute la reconnaissance à tous ceux qui ont consenti des sacrifices énormes pour asseoir la dignité de la Tunisie. En ce même jour de l’année 1938, les jeunes doivent le savoir, le sang des patriotes tunisiens a coulé devant le tribunal de Tunis, lors d’une importante manifestation de protestation pacifique, sauvagement réprimée par les autorités d’occupation. L’intervention musclée de la gendarmerie française a fait des dizaines de martyrs et des centaines de blessés.


C’est un devoir, pour nous tous, de célébrer comme il se doit cet événement historique et de nous recueillir sur la tombe des valeureux combattants pour la liberté et la dignité de la Tunisie.


 Cet événement n’a fait que stimuler davantage l’engagement des Tunisiens, toutes tendances confondues, et attiser leur aspiration à la liberté, et fut un tournant décisif dans la lutte pour l’Indépendance, proclamée, après de lourds sacrifices, le 20 mars 1956.


C’est l’occasion à la fois de commémorer l’événement, mais aussi et surtout de tirer les enseignements qui s’imposent. Et ils sont nombreux. L’on peut retenir dans ce contexte que la détermination et la persévérance finissent toujours par donner leurs fruits.


L’Indépendance de la Tunisie a été le couronnement d’une lutte acharnée menée par nos courageux compatriotes durant des années.


La fête des martyrs constitue une occasion d’envisager l’avenir et redoubler d’efforts pour relever les différents défis de l’étape à venir.


 Le devoir de mémoire nous incite à manifester notre reconnaissance envers nos martyrs en concrétisant leurs aspirations, et ce, en poursuivant inlassablement notre engagement vers le renouveau et la modernité.


 


Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com