Désorientée sur le terrain : L’armée US pilonne Sadr City





Des affrontements se poursuivaient hier dans le faubourg chiite de Sadr City, dans le nord-est de Bagdad, où six personnes ont été tuées dans deux frappes aériennes américaines, au cinquième jour des combats entre miliciens chiites et forces de sécurité.


 


Le Quotidien-Agences


Un premier raid aérien a visé vers minuit une maison du centre de Sadr City, près de la mosquée Al-Elbaït, tuant quatre personnes. En milieu de matinée, toujours dans le même secteur, des missiles ont frappé un bâtiment rempli de réservoirs d'oxygène, qui peuvent être utilisés pour des engins explosifs. Deux personnes ont été tuées et quatre blessées, selon des responsables médicaux et de la sécurité.


Au total, près de 70 personnes ont péri depuis la reprise des combats dimanche entre militaires américains, alliés aux forces gouvernementales irakiennes, et miliciens chiites du leader radical Moqtada Sadr, selon un décompte établi par l'AFP.


Une grande partie des victimes ont trouvé la mort dans des bombardements américains menés par des hélicoptères ou des drones.


L'armée américaine a pour sa part annoncé hier avoir tué 13 "criminels" au cours de différents incidents la veille dans plusieurs quartiers chiites de la capitale.


Tôt le matin des soldats ont riposté à une attaque à l'arme légère depuis le toit d'une habitation et tué un assaillant. Une heure plus tard, quatre miliciens chiites présumés ont été tués après avoir attaqué au lance-roquette un barrage dans le nord-ouest de Bagdad. Vers midi, des moyens aériens sont intervenus pour soutenir des troupes au sol attaquées à l'arme légère dans le nord-est de la ville. Quatre assaillants présumés ont été tués.


Enfin, aux environs de minuit, des militaires américains ont tué quatre "criminels" après avoir été attaqués à l'arme légère dans le nord-ouest de Bagdad.


Au moins onze militaires américains ont été tués à Bagdad en cinq jours d'affrontements, selon un décompte de l'AFP établi à partir des communiqués de la coalition.


L'armée américaine est impliquée depuis le 25 mars au côté des forces de sécurité irakiennes dans de violents combats contre les miliciens du leader radical chiite Moqtada Sadr. L'offensive, qui a duré du 25 au 30 mars, était dirigée selon le gouvernement contre des éléments incontrôlés de la milice.


Après une semaine de calme relatif, ces combats ont repris dimanche à Sadr City. Ils ont cependant baissé d'intensité depuis mercredi dans le bastion de Moqtada Sadr.


Signe de cette détente, les forces de sécurité irakiennes ont décidé de lever l'interdiction pour les véhicules de circuler dans Sadr City samedi matin.


Cette interdiction sera également levée dès vendredi matin à Shouala, autre quartier chiite du nord-est de la capitale.


Un couvre-feu total avait été imposé à Sadr City le 28 mars. Il avait été allégé le 31 mars en interdiction de circuler pour les véhicules.


Enfin, deux soldats américains ont été tués par des engins piégés dans des incidents séparés en Irak, a annoncé le commandement de la coalition.


Un soldat a été tué par l'explosion d'une bombe au passage de son véhicule dans le nord-est de Bagdad, indique un communiqué.


Un autre militaire est mort dans les mêmes circonstances dans la province de Salaheddine, dans le centre-nord du pays, selon un autre communiqué.


Plus tôt dans la journée, la coalition en Irak avait annoncé la mort d'un autre soldat américain, tué mardi par l'explosion d'une bombe dans l'est de Bagdad, théâtre depuis quatre jours d'affrontements entre troupes américaines et miliciens chiites.


Au total, au moins 11 soldats américains ont été tués dans la capitale depuis quatre jours.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com