C.H.A.N. 2009 (Qualifications) Tunisie – Libye 1-1 (Tab 5-6) : Quand l’envie n’y est pas !





Manque de fraîcheur et désintéressement flagrant. Ce sont là les deux handicaps qui ont coûté la qualification aux Olympiques tunisiens face à la Libye en éliminatoires du CHAN 2009. Constat amer.


 


Pourtant après la parité positive ramenée de Tripoli, la route vers la qualification au second tour semblait déblayée devant nos Aiglons mais force est de constater que Mondher Kebaïer a dû composer avec certains aléas de réelle valeur.


En effet, les blessures de Chammam, Mouihbi et Jemal, ont obligé le coach tunisien à revoir la composition de l’équipe. Les erreurs commises par l’axe central de la défense, les changements opérés en cours de jeu qui n’ont fait que nuire au jeu de l’ensemble et, bien sûr, le manque de motivation et de fraîcheur manifeste a aussi contribué à l’échec final. Car, on est convaincu que les camarades de Karim Ben Amor avaient les moyens de passer ce tour.


Tout à Tripoli qu’à Sousse, ils ont pris l’avantage au score et ont bénéficié d’une supériorité numérique après l’expulsion à chaque fois d’un joueur libyen. Mais apparemment quand l’envie n’y est pas, on ne peut s’attendre à grand chose.


Pourtant Mondher Kebaïer nous a répété, avant les débats qu’un grand travail psychologique était en train de se réaliser pour tirer le maximum de ces joueurs. Finalement, il a pu se rendre à l’évidence. Ce groupe n’était pas assez motivé par cette joute et avait l’esprit ailleurs, entendez, concentrés sur les engagements de leurs clubs respectifs : «C’est navrant de quitter la scène à ce stade de la compétition. Les joueurs n’étaient pas assez concentrés, ils étaient sous pression (de leurs clubs). Ils ne se donnaient pas à fond. Sur le terrain, face à des Libyens renforcés par des sélectionnés «A», ils n’avaient pu exprimer leur meilleur football. C’est bien dommage», remarquait Kebaïer.


Tout comme à Tripoli, l’équipe tunisienne a pris l’avantage au score par Jaber, avant de tomber dans l’approximatif, subir le jeu de l’adversaire et se faire piéger par Moghri qui a profité d’un relâchement coupable de la défense des Aiglons pour égaliser.


L’exercice des tirs aux buts a souri aux visiteurs qui ont marqué six fois contre cinq pour les nôtres. Un verdict amer qui vient peut-être punir les Aiglons, joueurs et responsables, qui n’ont pas accordé à cette joute l’importance nécessaire.


Les Libyens, eux, n’ont rien volé. Ils ont été récompensés pour leur sérieux et leur envie de se qualifier. C’est aussi simple que cela !


 


Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com