Journée particulièrement meurtrière en Irak : Plus de 50 morts dans plusieurs attaques suicide






Au moins cinquante personnes ont été tuées hier en Irak dans des attaques suicide dans les environs de Bagdad, où les combats entre l’armée américaine et les milices chiîtes se poursuivaient notamment à Sadr City.


 


Le Quotidien-Agences


Au moins 40 personnes ont été tuées hier par l'explosion d'une voiture piégée dans la ville de Baqouba, au nord-est de Bagdad, dans l’attaque la plus meurtrière depuis un mois en Irak, selon la police et des sources médicales.


L'explosion s'est produite près du principal tribunal de Baqouba, localité connue pour être un repaire des affiliés d'Al-Qaïda en Irak, a indiqué un responsable de la police locale.


"L'explosion a fait au moins 40 tués et au moins 80 blessés", a ajouté ce responsable, sous couvert de l'anonymat.


Il a précisé qu'une femme était parmi les morts, et que des femmes et des enfants étaient au nombre des blessés.


Un médecin de l'hôpital de Baqouba, le Dr Ahmad Fouad, a confirmé le bilan.


Auparavant, les mêmes sources avaient fait état d'au moins 25 tués et une cinquantaine de blessés dans cet attentat.


Le 17 mars, un attentat avait fait 52 tués dans la ville chiîte de Kerbala, au sud de Bagdad.  


Par ailleurs, treize personnes ont été tuées hier par un kamikaze qui s'est fait exploser dans un restaurant de la ville de Ramadi, selon un responsable de la police locale.


L’attaque qui s'est produite vers midi a fait également 14 blessés.


Ramadi, capitale de la province d'al-Anbar, a été longtemps un fief de l'insurrection sunnite contre la présence américaine en Irak.


Depuis des mois, cette province a été pacifiée par la mobilisation des combattants des tribus sunnites contre les affiliés d'Al-Qaïda en Irak.


Toujours à Bagdad, deux personnes ont été tuées et six blessées, dont quatre policiers, par une voiture piégée qui visait une patrouille de police dans le quartier de Karrada. Enfin, un engin piégé a explosé près d'un poste de police, tuant deux ouvriers de la municipalité et blessant deux policiers.


Enfin, de nouvelles violences entre militaires américains et miliciens ont fait au moins six tués hier dans le quartier chiîte de Sadr City, bastion à Bagdad du chef anti-américain Moqtada Sadr, selon le commandement américain.


Selon un communiqué militaire américain, une unité en opération dans ce quartier dans le nord-est de la capitale irakienne a été prise pour cible par des tirs d'armes légères.


Les soldats américains ont riposté "en état de légitime défense", tuant dans un premier temps trois assaillants.


La patrouille américaine a demandé un soutien aérien, alors que la fusillade se poursuivait, et trois nouveaux assaillants ont été tués, selon le commandement américain.


Des affrontements entre forces régulières irakiennes, appuyées par des unités américaines, ont fait au moins 95 tués depuis le 6 avril dans le vaste secteur de Sadr City, qui abrite plus de deux millions d'habitants.


Cette zone est le fief de l'armée du Mahdi, la milice de Moqtada Sadr, qui dénonce l'occupation américaine et critique le gouvernement de Nouri al-Maliki.

Les responsables militaires américains assurent qu'ils ne visent pas cette milice, mais des éléments "criminels" qui n'obéissent pas aux ordres de cessez-le-feu donnés par Moqtada Sadr.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com