800 MD alloués à la rénovation du stade Zouaoui : A quand le début des travaux ?






Le Centre de formation des jeunes footballeurs à Kairouan est aujourd’hui au cœur de tous les débats relatifs au football dans la ville aghlabide, surtout que ceux qui ont entendu parler de ce centre «risquent» d’accourir à sa découverte. L’on parle déjà de la probable visite de certains étrangers (des Allemands et des Autrichiens notamment) dans les jours et mois à venir.


 


Par ailleurs, les supporters de la JSK constatent mi-amers, mi-admiratifs l’émergence de nouveaux talents. Amers à cause de l’exode massif et précoce de ces jeunes joueurs partis monnayer leur talent sous d’autres cieux, alors que le club phare de la région poursuit sa traversée du désert. Amers également devant la précarité des conditions de travail au niveau des catégories des jeunes malgré la volonté, la générosité et la disponibilité des responsables des jeunes, Salah Essid et du directeur technique, Khemaïs Laâbidi. Lorsque 14 catégories s’entraînent sur une


seule pelouse (l’annexe  de Ali Zouaoui), Ça n’a rien de commode !


Pourtant, l’initiative des autorités compétentes est louable: consolider l’infrastructure sportive dans la ville de Kairouan en autorisant la réalisation des travaux d’aménagement et de rénovation du stade Ali Zouaoui.


La réfection de la pelouse du terrain central, la construction et l’aménagement   des vestiaires ainsi que l’éclairage n’attendent que le coup d’envoi de ce chantier tant attendu.


La question qui se pose à l’heure actuelle est de savoir à quand le démarrage de ces travaux, surtout lorsqu’on sait que le budget alloué à ce projet et estimé à 800.000D a, - semble-t-il, été débloqué (sur deux tranches) par les services compétents du ministère de tutelle et que l’exécution se fait toujours attendre pour des raisons que nous ignorons.


Accélérer les démarches administratives (soumission des appels d’offres puis le suivi et les décisions y afférentes) ne serait pas de trop pour un projet que les jeunes footballeurs de la J.S.K. et leurs encadreurs ont hâte d’en savourer les bienfaits. Ces jeunes là, dont le football est leur univers de prédilection, ne peuvent apprendre à pratiquer un football exceptionnel, reposant sur une technique parfaite, que lorsque des travaux de réfection une fois réalisés, opérerait une rupture totale avec un quotidien précaire, pénible et peu propice aux performances sportives. Et ce ne sont que la volonté et la mobilisation des responsables régionaux qui génèrent la réussite et le... bonheur et autorisent l’optimisme.


 


Hichem NCIR




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com