LA REVUE DES MARCHES DU 24/04/2008





Le marché boursier s’est repris à la hausse …


 


Au niveau international:


* Pétrole : prise de bénéfice…


Le pétrole se retrouve en deçà des 118 dollars le baril jeudi, le raffermissement du dollar et la hausse des réserves américaines annoncée mercredi motivent des prises de bénéfice.


Cette hausse a été de 2,4 millions de barils, soit le double de ce qui était attendu.


Le recul du brut s'accompagne de celui d'autres matières premières comme l'or qui poursuit son repli près avoir déjà cédé 2% la veille.


Le matin, le contrat de juin sur le brut US perd 0,19% à 118,07 dollars, tandis que le Brent cède 0,16% à 116,27 dollars.


Ce tassement de l'or noir est toutefois limité par le fait que les réserves d'essence américaines ont subi pour leur part un retrait bien plus élevé que prévu, alors que la saison estivale, grosse consommatrice d'essence en raison des déplacements automobiles, n'a pas encore commencé.


Ce retrait a été de 3,2 millions de barils alors qu'il n'était anticipé qu'à 2,3 millions.


Le facteur géopolitique enfin reste un soutien de poids pour le marché. Les nouveaux coups de main de la rébellion nigériane risquent de compenser en partie le démarrage cette semaine de la production du gisement Khursania en Arabie saoudite, à la capacité de 500.000 barils par jour, dit Antoine Halff (NewEdge USA).


Une grève de deux jours doit par ailleurs débuter dimanche à la raffinerie britannique de Grangemouth, ce qui perturbera l'approvisionnement de l'Ecosse et du nord de l'Angleterre.


* L'euro en repli modéré face au dollar …


L'euro se repliait modérément par rapport au dollar dans les échanges asiatiques jeudi, au surlendemain d'un record historique, à la suite de la publication d'un indicateur industriel et de commentaires de dirigeants européens, selon des courtiers.


A l’ouverture de la séance, un euro valait 1,5851 dollar, contre 1,5882 mercredi. La monnaie unique européenne franchi mardi le seuil de 1,60 dollar pour la première fois depuis son lancement en 1999.


L'euro était également en recul face à la monnaie nippone, à 164,28 yens pour un euro, contre 164,42 mercredi soir.


Le dollar s'appréciait par rapport au yen, à 103,65 yens pour un dollar, au lieu de 103,51 la veille.


L'euro a cédé du terrain notamment après les commentaires du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, affirmant que les mouvements des taux d'intérêt de la Banque centrale européenne (BCE) pourraient «aller dans les deux sens».


La monnaie unique avait pourtant bondi mardi après que M. Noyer, qui siège au conseil des gouverneurs de la BCE, avait déclaré que l'institution « bougerait » s'il le faut ses taux pour lutter contre l'inflation et la ramener sous les 2% l'année prochaine dans la zone euro, alors qu'elle a atteint en mars 3,6% en glissement annuel.


Les spéculateurs avaient interprété ces observations comme un signe d'une possible augmentation des taux de la BCE, donnant des ailes à l'euro qui avait franchi le seuil de 1,60 dollar.


Pour sa part, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, avait exprimé mercredi son mécontentement face à la hausse ininterrompue de l'euro, estimant que la volatilité des taux de change était "excessive".


En outre, la publication mercredi de l'indice PMI dans le secteur industriel, qui a reculé à 50,8 points en avril, son plus bas niveau depuis 32 mois, a aussi pesé sur la devise européenne, selon des courtiers.


Des experts financiers estiment désormais qu'une hausse des taux est probable en raison des pressions inflationnistes élevées.


Selon le consensus du marché, «les taux d'intérêt ne peuvent qu'augmenter parce que la préoccupation sur le long terme est l'inflation en Europe», a affirmé Ryohei Muramatsu, dirigeant au Commerzbank Group Treasury Asia à Tokyo.


Le billet vert, lui, était soutenu par la confiance renouvelée par le modeste rebond de la Bourse américaine mercredi, revigorée par les solides bénéfices de Boeing et l'annonce d'une fusion dans le secteur de l'assurance.


Mais, à en croire M. Muramatsu, l'optimisme pourrait être de courte durée, en raison des craintes persistantes quant à la santé de l'économie américaine menacée de récession.


A Tunis: Le volume global de refinancement de -701.4 MTND (à la date du 22/04/2008), avec une ponction des liquidités, estimée relativement importante, compte tenu du niveau d’activité et de la détente sur les prix.


Le Taux de Marché Monétaire (TMM) s’est situé à 5,25.


Les avoirs en devises (au 22/04/2008) ont été estimés à 136 jours d’importation, contre 145 jours l’année précédente à la même date.


Au niveau du taux de change du dinar (au 22/04/2008), ce dernier s’est apprécié par rapport aux dollar américain, au yen japonais et il s’est déprécié par rapport à l’euro et au dirham marocain.


 


A la Bourse de Tunis:


La balance des variations a enregistré 


- A l’ouverture de la séance : 13  valeurs à la hausse contre 8 à la baisse.


- Au milieu de la séance : 14 haussières, contre 15 valeurs à la  baisse,


- A la clôture de la séance : 16 titres à la hausse (dont notamment : STAR, SOTRAPIL, TUNISIE LEASING, TUNISAIR, SIPHAT, GIF-FILTER, ATTIJARI BANK…) contre 15 valeurs à la baisse (dont notamment: MAGASIN GENERAL, ELECTROSTAR, ATL, ALKIMIA…), de sorte qu’en définitive, le Tunindex clôture la séance à 2 928,38 points  (+0,26%).


On retiendra de la journée, notamment:


- Une tension des taux ;


- Une surliquidité des agents qui a amené la BCT à une ponction des liquidités ;


- Un marché boursier qui s’est repris à la hausse.


Najla Ben Attia


Analyste Senior: PERSPECO.


Laboratoire EURO-MED d’Analyses Economiques.


 www.perspeco.com




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com