E.S.T.-C.A.





* L1 - Stade 7 Novembre de Radès (16h00)Direct TV T7


 


Du côté sang et or : Affaire de prestige


Nouveau derby, nouveau challenge pour l’EST.  En apparence, ce rendez-vous n’a pas l’engouement habituel au Parc B mais le résultat final aura certainement des retombées sur le mental des joueurs.


Et c’est bien pour cette raison que les protégés de Zouaoui tiennent à réussir ce derby qui peut faire ou défaire la réputation d’un joueur.


Car, et c’est une évidence, quelles soient les conditions du match face au voisin clubiste, le résultat final revêt toujours une importance incommensurable.


On a beau dire qu’avant-hier au Parc B, il y avait à peine quelques dizaines de fans sang et or à suivre l’entraînement, que la pression se trouve du côté clubiste, au Parc, à quelques centaines de mètres. Le derby reste le derby, coloré, intense et engagé.


Youssef Zouaoui n’a pas cessé d’ailleurs, d’inviter ses joueurs, au calme et à la concentration; car un match de ce genre se joue surtout dans la tête. Aujourd’hui, tous les tracas passés sont jetés aux oubliettes. Il s’agit d’une opposition à part. Les vrais espérantistes et clubistes ne le savent que trop.


Aboucherouane ou Bienvenu ?


Chapitre effectif, Youssef Zouaoui a récupéré tous ses joueurs y compris ceux qui n’ont pas joué à Lomé.


Eneramo, Bienvenu, Mzali, Besala et Bouazzi se portent bien. Kasraoui, lui, a retrouvé une bonne partie de ses sensations, et les places de titulaires deviennent chères, très chères. Seul Zaïem qui a sauté la séance du mardi demeure incertain.


En tout cas, les postulants aux postes de titulaires se bousculent avant ce derby. A titre d’exemple, W. Yaken, Mzali et Bienvenu sont en ballottage pour le rôle d’arrière droit, Aboucherouane et Bienvenu pour le poste du troisième étranger,  Youssefi, Ayari, Sameh Derbali pour celui du second attaquant.


Un vrai embarras du choix pour Zouaoui qui est appelé à trouver la  meilleure formule possible pour ce match pas comme les autres.


La dernière séance d’hier devait lui permettre d’avoir une idée plus précise sur les dispositions des uns et des autres. Le reste sera l’apanage du onze titulaire qui sera appelé à la meilleure application possible pour sortir indemne de ce match capital pour l’adversaire.


Formation probable


Kasraoui, Mzali, Chammam, Badra, Chaâbani, Hammi, Mahjoubi, Zaïem, Eneramo, Aboucherouane, Bienvenu.


J.B.


_______________


 


Khalil Chammam : “Le mental, clé du match”


Tel père, tel fils Khalil Chammam est en train de se frayer une place au soleil, suivant les pas de son illustre papa, abdessalem Chammam qui faisait les beaux jours de l’ASM.


Le Chammam fils, présente le derby de cet après-midi avec beaucoup de détermination, celle de la jeunesse qui vise loin.


Comment expliquez-vous d’abord cette ascension fulgurante dans les rangs de l’EST?


Je dois avouer qu’il n’y a pas de secret en football.


Le sérieux, la patience et l’humilité ouvrent les portes les plus hermétiques.


Etant le fils de l’ancien international marsois Abdessalem Chammam, il a certainement influencé votre option pour le football …


Contrairement à ce que certains pensent, mon père était contre le fait qu’ j’embrasse la carrière de footballeur comme lui. Il m’encourageait plutôt à suivre le chemin des études. Mais étant un féru de football j’ai fini par suivre mon instinct. Cela dit maintenant qu’il n’a plus le choix, il n’hésite jamais à me conseiller pour que je réussisse ma carrière de footballeur.


Le derby de cet après-midi face au CA diffère-t-il de celui de la coupe du 9 Avril dernier?


En football, aucun match ne ressemble à un autre.


On a beau préparé tous les aspects du jeu, il y a des situations en cours de jeu que personne ne peut prévoir et c’est ce qui fait le charme de ce sport.


Peut-on parler aujourd’hui de favori et de challenger?


Jamais. Seule la vérité du terrain compte. Le 9 avril le CA était donné favori mais il a perdu. Tout à l’heure, chaque équipe cherchera à l’emporter pour savourer le succès dans les jours qui viennent et gagner un nouveau galon dans l’histoire des derbies


D’aucuns estiment que la pression est plutôt dans le camp adverse. Partagez-vous cet avis?


Non. Dans les deux camps, la pression est de mise.  Une derby a toujours un charme envoûtant. Et celui qui dit le contraire, ne connaît rien aux oppositions entre l’EST et le CA où le résultat final est toujours important.


A quel niveau se jouera le derby, selon vous?


Comme les deux équipes seront prêtes physiquement et tactiquement, je crois que tout se jouera au niveau de l’état d’esprit et de la volonté de l’emporter. En tout cas, à l’Espérance on est déterminés à aller au bout de nos intentions.


Quelles sont enfin, vos ambitions personnelles ?


Réussir d’abord quelques belles années avec l’EST, le club qui m’a formé, puis passer “pro” en Europe. Un objectif qui me tient à cœur et que je réaliserai, inchallah.


Jamel Belhassen


_____________________________


 


Du côté clubiste : Vaincre ou disparaître !


«Ce n’est pas la fin du monde, la vie continue», lançait philosophiquement l’autre


jour un fervent supporter clubiste, déçu certes par la débâcle essuyée dimanche, à Aba, face à Enyimba en Ligue des champions mais qui gardait la tête bien ancrée sur les épaules, malgré tout, avant le grand derby d’aujourd’hui face à l’E.S.T.


La terre n’a pas cessé de tourner, effectivement, il est de ce fait évident que la meilleure chose à faire est de tourner la page et aborder un nouveau chapitre, celui de la compétition nationale.


D’autant que le calendrier propose aux Clubistes le derby de la capitale, un rendez-vous toujours impatiemment attendu, non seulement par les deux  camps, mais également par la Tunisie footballistique entière.


Le rendez-vous de l’indécision, des rebondissements, du spectacle, tant et si bien que les fans s’y préparent longtemps à l’avance pour rivaliser en chants, en slogans et en... «Dakhla», avant même que les joueurs ne foulent la pelouse de l’immense et somptueuse arène radésienne.


En vérité, le derby a commencé déjà bien avant que les esprits ne soient accaparés par la compétition continentale et les périples effectués par nos représentants. C’est que le charme de ce derby tunisois demeure unique.


A quitte ou double !


C’est valable essentiellement pour les gars de Bab Jedid. Le rendez-vous de tout à l’heure sera d’autant plus important, sinon décisif pour Ben Chikha et ses hommes, qu’il intervient à un moment crucial de la compétition.


Plus que quatre étapes en effet à parcourir, à quelques encablures pour être précis, de la ligne d’arrivée. Plus encore, cette confrontation intervient deux semaines seulement après celle disputée entre les deux grands rivaux pour le compte de la Coupe.


Ce qui constitue un motif supplémentaire pour les joueurs des deux bords de se surpasser, de se donner à fond, de se transcender l’espace de quatre vingt-dix minutes. Pour eux, le derby est un challenge à part qu’il faut tout simplement réussir, donc à ne rater sans aucun prétexte.


Pour beaucoup , parmi les observateurs, les Clubistes n’ont plus rien à se mettre sous la dent après leur élimination en Coupe de Tunisie et cette quasi-élimination de la Ligue des champions, dont seul un miracle pourrait sauver. Ils vont donc concentrer tous leurs efforts sur le titre national et espérer coiffer au poteau le leader au terme de ces quatre rondes encore à disputer.


Un sans-faute, voilà l’objectif à atteindre par les partenaires de Lassâad Ouertani. A commencer donc par ce derby qu’il faudrait négocier  avec doigté.


Le coach Abdelhak Ben Chikha n’aura cependant pas les coudées franches pour ce rendez-vous; dans ce sens qu’il aura encore à trouver remède à quelques absences dont notamment celle de Khaled Souissi qui a récolté face à l’ESS un troisième carton suspensif.


Qui suppléera l’excentré droit? Le staff technique optera-t-il pour Chokri Zaâlani, certes opérationnel désormais, mais éloigné des terrains et de la compétition depuis un bon bout de temps? Ou misera-t-il pour le jeune Bilel Ifa qui piaffe d’impatience de disputer le derby? Ou encore penchera-t-il pour une troisième solution, celle de voir décrocher un homme du milieu, essentiellement Wissem Yahia ou Helmi Hmem au cas ou Hamdi Ouertani serait en mesure de tenir sa place sur le flanc gauche.


Une autre absence pourrait également  causer tant de soucis à Ben Chikha, si elle se confirme, celle du portier Adel Nefzi.


Victime d’une blessure aux adducteurs, le gardien clubiste n’est pas sûr à l’heure actuelle d’être aligné. Le staff médical hésite en effet à lui accorder le feu vert et ne se prononcera vraisemblablement qu’au dernier moment.


Tout pour l’offensive


En contrepartie, la formation rouge et blanc récupérera Oussama Sellami, complètement rétabli et qui sera d’un apport certain pour l’entrejeu, en se référant surtout à la grande influence du stratège clubiste sur le jeu de ses partenaires.


Ben Chikha n’aura a priori aucun souci également du côté du secteur offensif qui enregistre le retour de Aymen Rehifi, lequel constituera un atout supplémentaire aux côtés de Moussa Poukong, Junior Ozagi, Youssef Mouihbi et Zouheir Dhaouadi.


Des garçons comme Borhène Ghannem, Maher Ameur, Nour Hadhria   et Mandomo Alexis pourraient également faire leur apparition en cours du jeu... Comme on peut le constater, les solutions de rechange ne manquent pas.


Formation probable


Nefzi, Yahia, Gharzoul, Bachtobji, Hmem, Ouertani, Sellami, Mouihbi, Poukong, Ozagi, Dhaouadi.


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com