Tabarka : Une seule adresse pour le bonheur





Avec un magnifique saxophone géant, Tabarka a choisi d’accueillir ses amoureux.


Et c’est grâce à cette installation que la ville a confirmé qu’elle est la terre et l’abri de tous les artistes.



Parler de Tabarka ne peut être fait que sur un fond musical. Car cette ville côtière – qui est restée pour longtemps loin des circuits culturels et touristiques – a pu s’imposer et tourner vers elle les têtes des investisseurs, des responsables et des artistes, grâce à une palette riche en rythmes. D’ailleurs, juste pour rafraîchir les mémoires, Tabarka a réussi à accueillir sur sa petite scène de la basilique des têtes d’affiche de la scène internationale comme la diva aux pieds nus, Césaria Evora, Archie Shepp, Omar Susa, Billy Paul, Chucho Valdes, Liz McComb, Yuri Buenaventura, Michel Jonasz. Pour cette année, on a choisi d’annoncer très tôt les couleurs de l’été grâce à ce magnifique saxophone installé à l’entrée de la ville et qui reflète cette liaison intime et organique entre la ville du corail et le jazz. D’une hauteur de six mètres, le saxo, placé sur un socle de deux mètres, séduit les regards et attise la curiosité de ceux qui n’ont pas savouré les ambiances musicales tabarkoises. Un joli saxophone qui fait sans conteste la fierté des habitants de cette ville et de son maire, le Dr. Jilani Daboussi.


  En attendant que le comité d’organisation des festivals de Tabarka dévoile le programme en entier, on croit savoir que l’attention des organisateurs porte vers le groupement de Tabarka World Music, Tabarka Latinos Festival et Tabarka Rai Festival en un seul et grand festival qui sera baptisé «Le festival du corail». Les férus de Jazz n’ont qu’à se préparer pour le rendez-vous de juillet qui s’annonce très chaud. Notons que d’autres installations qui symbolisent ces liens sacrés entre la ville et la musique seront placées au bonheur de ses visiteurs. D’autres projets pour animer cette charmante ville sont en gestation.


Imen ABDERRAHMANI   




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com