Meurtre du jeune ingénieur à Sidi Thabet : La victime avait dénoncé sa femme avant de rendre l’âme





Le jeune ingénieur qui a succombé à ses brûlures, suite à un incendie qui a ravagé sa voiture vendredi dernier, avait fourni le nom de son assassin aux agents de la protection civile avant de rendre l’âme. Il s’agit de sa propre épouse qui a été arrêtée...


Tunis - Le Quotidien


«C’est ma femme qui m’a fait ça», telle est la dernière phrase prononcée par ce jeune ingénieur né en 1968 avant qu’il ne succombe à ses blessures. Informés, les agents de la police judiciaire, relevant du commissariat de la garde nationale de l’Ariana, ont interpellé l’épouse.


Conjointement, les enquêteurs ont réussi à recueillir un témoignage de taille, celui du gardien du pôle technologique de la région où travaillait la victime. Ce témoin a déclaré avoir aperçu une femme quittant la voiture à la hâte, peu de temps après le début de l’incendie.


Dans la foulée, les auxiliaires de la justice découvrent que la suspecte avait été internée dans un hôpital psychiatrique suite à des crises successives de jalousie maladive.


Ceci étant, l’épouse n’a pas toujours avoué les faits. Pis encore, depuis vendredi dernier, elle est sous l’emprise d’une crise grave d’hystérie qui rend son interrogatoire quasi-impossible.


Revenons, toutefois, aux faits. Dépêchés  sur les lieux du  crime, suite à un appel téléphonique, les agents de l’ordre appuyés par leurs collègues de la protection civile ont réussi à maîtriser un incendie qui s’est déclaré vendredi dernier dans une voiture, et ce, au niveau de la région de Sidi Thabet.


Coup de théâtre, les auxiliaires de la justice ont découvert le corps d’un jeune ingénieur portant les traces de brûlures.


Encore en vie, la victime a été transportée d’urgence dans un hôpital de la capitale où, avant de rendre l’âme, elle avait prononcé le nom de sa femme. L’enquête suit toujours son cours pour tirer au clair cette affaire.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com