Selon une étude de la FEMIP : La microfinance, un outil à développer davantage en Méditerranée





Compte tenu de son impact sur la croissance économique, surtout en matière de l’emploi, le développement de la microfinance dans la région méditerranéenne exige une approche renouvelée pour une efficacité plus importante de ses activités.


Tunis – Le Quotidien


Au cours d’une conférence organisée récemment à Tunis par la Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP) et le réseau Sanabel, une étude sur l’impact économique et social de la microfinance dans le bassin méditerranéen a été présentée.


Cette nouvelle étude, réalisée par les experts de la FEMIP, dresse un état des lieux de ce secteur à partir d’un examen approfondi des travaux menés sur la question, et suggère la mise en place d’une approche renouvelée pour le développement des activités de la microfinance dans cette région.


Selon le même rapport, la Méditerranée représente un marché potentiel pour la microfinance avec près de 40 millions de bénéficiaires, alors que 9 millions de personnes, seulement, bénéficient actuellement de l’assistance financière des sociétés opérant dans ce secteur.


L’étude précise également que le développement peu satisfaisant de la microfinance dans cette région est dû, entre autres, à l’absence d’un cadre juridique et réglementaire favorisant l’émancipation de ce secteur.


Dans ce même contexte, l’étude recense plusieurs indices témoignant l’impact positif de la microfinance sur le développement économique et social, notamment au niveau de l’amélioration des revenus des ménages. Elle met en relief l’importance d’étendre les activités de la microfinance pour englober d’autres services, notamment la micro-épargne…


Outre les impacts bénéfiques des microcrédits, l’étude a évoqué certaines conséquences négatives de cet outil d’accès au crédit, en particulier au niveau du surendettement des clients et l’emploi des enfants…


L’étude a, également, mis l'accent sur l'importance pour les institutions de microcrédits (IMF) de la méditerranée d'œuvrer à la mise en place d'indicateurs communs d'évaluation d'impact de la microfinance, de manière à améliorer la qualité des informations fournies aux parties concernées.


M.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com