Les petits ruisseaux de la maîtrise d’énergie !





Les 124 dollars le baril de pétrole, que tout le monde voyait comme une barrière psychologique avant de sombrer dans le métaphysique, l’inaccessible et l’absurde, sont désormais dans le rétroviseur. Et, avec un budget construit autour de 75 dollars le baril, il faut comprendre que la Tunisie débourse 25 millions de dinars par an pour chaque malheureux dollar qui dépasse cette référence. C’est ce que nous a rappelé, il y a quelques semaines, le Premier ministre.
Autant dire que, dans ces conditions, absolument tout devient lourd de sens et gorgé de cohérence. Eteindre derrière soi quand on quitte une pièce, investir dans un réfrigérateur classe 2, acheter des lampes 11Watts, installer un chauffe-eau solaire… et jusqu’à programmer l’acquisition d’une centrale nucléaire… Tout cela est très important, car il permet de faire travailler la logique des petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
Aujourd’hui, il est désormais un devoir national que de contribuer au grappillage sur l’usage des automobiles et tous les autres véhicules, de jouer le jeu de l’heure d’été, de se raccorder au réseau de gaz naturel… Il n’y a pas de petite économie d’énergie !
Et puis, il faut bien comprendre qu’avant la mobilisation de chacun d’entre-nous, la Tunisie a anticipé les choses depuis des années avec tout ce qu’il est possible et imaginable de tenter pour donner la plus grande cohérence à notre facture énergétique. La dernière en date de ces initiatives est sans doute le programme triennal qui a été décidé par le Chef de l’Etat lors du Conseil ministériel du 15 janvier 2008 et qui s’est tracé comme challenge principal la réduction de la consommation d’énergie de 20% à l’horizon 2011 (deux millions de tonnes équivalent pétrole).
Les ambitions de ce programme sont à la mesure de la formidable pression du marché mondial des hydrocarbures, avec 6 directions de déploiement :
--auprès des entreprises gloutonnes en énergie;
--dans le secteur du bâtiment;
--dans le secteur du transport;
--l’encouragement des énergies de substitution (comme le gaz naturel);
--la dynamisation des énergies renouvelables;
--le maintien du rythme de financement, de sensibilisation…
Chargée par sa tutelle de ce dossier au niveau opérationnel, l’Agence nationale de la maîtrise de l’énergie est en train de frapper à toutes les portes. De l’organisation d’un mois de promotion pour les ampoules économes et les chauffe-eau solaires à l’engagement dans la sensibilisation et même la publicité, en passant par l’organisation de séminaires d’information et de mobilisation aux quatre coins du pays (les derniers se sont déroulés la semaine dernière à Kébili à l’adresse des agriculteurs et à Tozeur pour les hôteliers)…
Dans tous ces domaines, c’est le Président Ben Ali en personne qui inspire les uns et les autres, vous, nous, chaque Tunisien, chaque Tunisienne et qui nous engage à prendre au plus haut sérieux la protubérance fâcheuse des prix et son implication sur le budget de l’Etat, autrement dit nos ressources gagnées à grands efforts et dédiées au développement et au bien-être national.
Manoubi AKROUT
manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com