“Escroquerie” intellectuelle





La dernière session de la Foire internationale du livre de Tunis n’est pas passée sans faire couler beaucoup d’encre.


Il faut dire que cette manifestation était marquée par une série de défaillances qui, à la longue, pourraient nuire à la réputation de ce rendez-vous annuel de la pensée et de la création.


En effet, ceux qui ont été séduits et tentés par les supports numériques, exposés côte à côte avec les livres dans les différents stands de la foire, n’ont pas hésité à acheter des CD et des DVD censés contenir des jeux éducatifs, des encyclopédies voire des documents scientifiques, historiques ou autres.


Hélas, grande fut leur déception … Car en rentrant chez eux, ils ont, tout bonnement, découvert que lesdits supports payés au prix fort ne s’ouvrent avec aucun programme disponible dans leur P.C.


Les plus chanceux ont eu droit à une vulgaire interface bourrée de virus qui ne renvoie à aucun contenu. C’est comme acheter un livre aux pages blanches ne contenant aucun caractère alphabétique.


L’on s’interroge, alors, sur la crédibilité des exposants et des maisons d’édition invitées par les organisateurs de la foire.


L’on s’interroge, également, sur la commission, chargée de contrôler la qualité “du produit” exposé tant au niveau de la forme qu’au niveau du fond.


Car, finalement, le malheureux “client” n’a aucun moyen de recours sauf peut-être le regret d’avoir pris les organisateurs, comme par ailleurs, les exposants pour des professionnels respectueux du minimum qu’exigent la déontologie et la morale.


H. Missaoui




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com